Blog

04 Nov 2022

L’Université de Valence en Dauphiné et Jean de Montluc, (Évêque de Valence, pédagogue ou p

Dire qui était Jean de Montluc et analyser la façon dont il conçut sa mission d'évêque de Valence en Dauphiné, en même temps que nous regardons son action par rapport à l’université de cette ville, au moment où croissent la pensée protestante et l'implantation de la Réforme, nous semble devoir concourir à mieux comprendre comment à cette époque une université était indissociable du contexte sociopolitique de la ville qui l’accueillait.

Le rôle de Jean de Montluc prend bien sa place dans l’interrogation que nous pouvons avoir du lien entre l’université de Valence et l’émergence de la Réforme à Valence. Ce rôle et l'action de Jean de Montluc se situent bien dans la provocation évoquée par la confrontation de deux mots de la question suivante : était-il calviniste convaincu ou fin diplomate ?

De lui Brantôme écrivait : « On le tenait luthérien au commencement et puis calviniste ; mais il se comportait par belle mine et beau semblant ». Cette remarque trouve son origine à la fois dans les études que Jean de Montluc suivit, les rencontres qu'il fit, le discours qu'il tint et les attitudes bienveillantes dont il fit preuve à l'égard des tenants de la Réforme.

 

   Ces études se passèrent tout d'abord à l'abbaye de Condom où officiait le célèbre évêque Jean Marre réputé comme humaniste et réformiste ; ne fit-il pas venir en 1517 Jacques Almain théologien nominaliste et gallican ? Pour lui succéder il appela Jacques Lefèvre d'Étaples qui se désista. On voit comment Jean de Montluc rencontra « la pensée réformatrice et humaniste ». Il fut remarqué pour ses dons intellectuels, ce qui convainquit Jean Marre de l'envoyer étudier à l'université de Toulouse le droit civil et le droit canonique. Ses historiographes pensent, sans certitude, qu'il fréquenta aussi la faculté de théologie tenue par les Dominicains. De la même façon il n'existe aucune certitude qu'il assistât aux lectures des textes de Lefèvre d'Étaples faites dans un cercle d'étudiants animé par son professeur de droit, Jean de Boysonné. Durant l'hiver 1532 -1533 il quitta définitivement l'abbaye de Condom, au moment où Marguerite de Navarre passait dans la ville. La rencontra-t-il ? L'histoire n'en dit rien. Cependant on sait qu'il assista au carême commandé à Gérard Roussel par Marguerite de Navarre, et, semble-t-il, Jean de Montluc se serait rapproché d'elle. À tel point que Brantôme écrivit qu'elle le défroqua. Ce fut le début d'une longue carrière diplomatique, marquée entre autres par un séjour à Rome en 1535 durant lequel il enseigna la théologie au collège Sapienza, bien que le pape le soupçonnât d'être acquis aux idées luthériennes. Le 18 août 1553 le roi lui accorde le diocèse de Valence et de Die. Un diocèse où les idées hérétiques étaient déjà bien installées comme le rappelle Michel Devert (p77) : « A la mort de Jacques de Tournon, l'évêché de Valence et de Die était donc bien contaminé par l'hérésie ; ses adeptes semblaient bien résolus à propager leurs croyances. Si un évêque bien résolu ne venait lui faire échec, elle risquait de s'étendre à tout le diocèse ».

 

    C'est donc dans ce climat que Jean de Montluc arrive physiquement à Valence en 1555. Dès l'année précédente il déclarait sa résolution à prendre en charge la destinée de l'université de la ville. Dans une lettre aux consuls, François Joubert, professeur, écrivait : « Elle (l'université) est, m'a-t-il déclaré, la plus belle rose que les Valentinois aient à leur chapeau et qu'il aura moyen, comme il l'espère, faire tant que Monsieur Arnaud Ferrier conseiller du roi au parlement de Paris, l'un des premiers hommes de notre temps, pourra venir à Valence, lire et régenter pendant six mois qu'il a de vacations. Pour les autres six mois, il moyennera le semblable de Monsieur Coréas, conseiller du roi au parlement de Toulouse. D'avantage il aura moyen d'y faire venir Monsieur Govéa, homme de grand bruit et savoir pour continuer l'année ». Dès lors il est indubitable qu'il mit tout en œuvre pour favoriser le développement et la prospérité de l'université de Valence, allant jusqu’à offrir de l’argent pour que Cujas. Là où nous devons interroger son histoire, c'est dans le choix qu'il fit de certains professeurs qu'il attira à Valence, comme Bourg en 1556 ou Hotman en 1563, tous deux étaient réputés favorables aux idées hérétiques, le premier fut condamné à mort.

    Là s'installent à la fois le doute et le paradoxe : Jean de Montluc soutenait la candidature de professeurs "hérétiques" en même temps qu'il s'opposait, en vain, à la venue de Loriol connu comme calviniste. Négligeait-il de voir les agissements des hérétiques en même temps qu'il rédige « les instructions chrétiennes de l'évêque de Valence » où il écrit : « notre religion est par les hérétiques déchirée, et peu sans faut délaissée par ceux qui la dussent maintenir… Celles (les brebis) qui sont au vrai troupeau sont en continuel danger d'être séduites et diverties du bon chemin ». Quoi de plus conforme à l'orthodoxie. Cependant l'évêque portait la barbe, prêchait sans habits sacerdotaux, se couvrait le chef du bonnet semblable… ceux des réformés. Au-delà de cela, ses sermons heurtèrent la Sorbonne qui eut à en connaître, et qui les déclara hérétiques. L'œuvre de Jean de Montluc à Valence au sein de l'université et en direction de ses diocésains fut sans doute tout empreinte d'un grand désir d'éducation, d'une éducation sans doute plus humaniste qu'hétérodoxe mais qui s'opposait aux privilèges du clergé local, notamment du chapitre cathédral. Cependant, notons qu’accusé par le doyen du chapitre d'être hérétique, il obtint réparation de la condamnation. Il fut quand même excommunié en 1563 mais la promulgation n'en fut jamais faite. Il est vrai qu'il était un des principaux conseillers de Catherine de Médicis.

     Nous suivrons facilement Michel Devert lorsqu'il écrit qu'il est difficile de porter un jugement sur la personnalité religieuse de Jean de Montluc. Sans doute était-il un humaniste qui sans aller jusqu'à adhérer aux idées de la religion réformée, se trouvait bien à côtoyer les critiques de la corruption de l'Église, le retour aux textes fondateurs, et l'idée que l'homme peut participer à la compréhension du monde ; il croyait en l’Homme. Ne fut-il pas de ces évêques qui condamnèrent l’astrologie comme l’indique Marc Venard : « et nombre d’évêques, d’un bout à l’autre du siècle, condamnent l’astrologie divinatrice, tel Jean de Montluc, évêque de Valence en 1558, qui contre les clients des astrologues, leur rappelle : que nous sommes, nous et nos biens, sous le pouvoir de Dieu, et que toutes choses sont faites, mues et gérées par sa libre volonté. ». Sans doute aussi, comme l’écrit Marc Venard, Jean de Montluc « comme d’autres prélats, plus politiques, voient surtout dans le protestantisme un remède à des abus invétérés et une position d’indépendance vis-à-vis de Rome. » C'est dans ce cadre de pensée qu'il fonda ou qu'il soutint la fondation (il subsiste un flou dans la connaissance historique) d'un collège en 1564. À ce propos l'abbé Nadal souligne la décadence de l'enseignement de la théologie à Valence où entre 1560 et 1575 il n'y eut que deux promotions d'étudiants en théologie contre plus de trois cents en droit, et d'écrire : « Montluc s'étant aperçu du préjudice que causait à la religion la décadence de l'enseignement de la théologie, il forma un dessein qui honore sa mémoire… Il résolut de confier aux jésuites l'éducation de la jeunesse de sa ville épiscopale ».

 

     Nous conclurons, provisoirement, par une citation extraite de la thèse (1893) de Hector Reynaud : « Ce qui frappe tout d'abord chez lui, c'est l'estime qu'il professe pour les lettres, le soin qu'il prend pour les mettre en honneur parmi ses diocésains. Il favorisa de tout son pouvoir l'enseignement public à Valence et inaugura, pour l'université de cette ville, une ère de prospérité ».

      C'est ainsi, dans cette œuvre éducative, qu'il écrivit en 1461 dans « familières explications des articles de la foi » : « ployons notre esprit et l'assujettissons à consentir et à croire tout ce que le Saint-Esprit nous a révélé dans les Écritures ».

04 Nov 2022

Peut-on parler d’une politique publique d’accueil des enfants handicapés à l’école

L’inclusion scolaire des enfants handicapés ne fait plus débat depuis la loi du 8 juillet 2013 dite loi d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République qui grave dans le marbre républicain l’inclusion scolaire. L’annexe au texte de loi qui détaille la programmation des moyens et les orientations de la refondation de l’école de la République indique : « Il convient aussi de promouvoir une école inclusive pour scolariser les enfants en situation de handicap et à besoins éducatifs particuliers en milieu ordinaire. »

Yves Mény et Jean-Claude Thoenig [1] écrivent qu’« une politique publique se présente sous la forme d’un programme d’action gouvernementale dans un secteur de la société ou un espace géographique ». Donc il y a bien une politique publique d’accueil et d’inclusion des enfants handicapés à l’école. Je pourrais dire : mon exposé s’arrête là ; je vous remercie.

Mais dans la mesure où cette politique publique semble ne pas donner satisfaction aux différents acteurs il faut s’interroger sur la question de savoir d’où vient et comment s’est constitué l’objet de cette politique.

Pierre Muller écrit « qu’il y a une politique publique parce qu’il y a un problème à résoudre ». Donc comment, en quoi et pourquoi la question de la scolarisation des enfants handicapés se présente depuis 40 ans sous la forme d’un problème qui doit être résolu par une (ou des) politique(s) publique(s) alors qu’auparavant la question semblait ne pas se poser. Muller précise que « la mise en place de ces politiques est liée à une transformation de la perception des problèmes. »

Un regard sur l’histoire permettrait de voir comment la perception de la scolarisation des enfants handicapés a évolué jusqu’à devenir un problème et se constituer en objet politique pour finir par appeler dans les années 1970 une intervention forte des autorités politiques.

Je ne retracerai pas cette histoire, nous n’en avons pas le temps. Je m’arrêterai cependant sur le XIXe siècle pour lequel Polyanyi a souligné les effets de « dislocation » que l’industrialisation entraîne sur la société. Il apparaît alors une question sociale que l’État doit prendre en charge et qui amènera l’école de Jules Ferry à s’intéresser d’une façon particulière à ceux qui n’arrivent pas à apprendre et à ceux totalement réfractaires aux apprentissages et aux normes imposées par l’école. On sépara les élèves en deux catégories : ceux qui pouvaient bénéficier des bienfaits de l’école et d’autre part les élèves considérés comme des anormaux d’école. Parmi les anormaux d’école on repérait ceux atteints dans leurs facultés intellectuelles (les idiots, les imbéciles, les arriérés) dont on pensait qu’ils pouvaient tirer bénéfice d’un enseignement spécial dans des classes de perfectionnement annexées à l’école créées en 1910. Les autres ceux qui sont atteints dans leurs facultés morales (les imbéciles moraux, les instables, les pervers, les indisciplinés) étaient pris en charge dans des institutions spécialisées ou dans un asile psychiatrique.

Les politiques scolaires de cette époque organisent les ruptures entre types d’enfants et entre types d’institutions. Ainsi, les politiques publiques constituent le problème de la prise en charge des enfants handicapés en termes de secteurs d’intervention où chaque secteur érige ses propres objectifs comme à propos de qualification des personnels en demandant la création d’un diplôme d’état d’éducateurs spécialisé (1967). Les lois de 1975 et de 2005 ne supprimeront pas la sectorisation apparue au XIXe siècle et cela malgré la montée en puissance du courant de pensée initié par un psychiatre américain qui prône la désinstitutionalisation des lieux de soins[2]. Cette sectorisation est aussi confirmée dans la loi de refondation de l’école de 2013 où l’article 7 mentionne la possibilité de coopération entre école et établissements spécialisés.

On observe donc que l’État a du mal à sortir de la sectorisation créée au XIXe siècle. Pire, la loi de 2005 amplifie la sectorisation en faisant entrer dans le dispositif les professionnels libéraux ce qui ne facilite pas les coordinations autour d’un projet pour l’enfant (élève), et qui a eu comme effet d’accroître le sentiment de non-reconnaissance chez les professionnels des établissements médico-éducatifs et médico-sociaux.

En rester sur cette observation négative ce serait oublier que l’objet d’une politique publique consiste à modifier l’environnement des acteurs concernés, la perception qu’ils peuvent en avoir et donc leurs conduites sociales. Pierre Muller ajoute que « prendre une décision, c’est déjà mettre en œuvre une politique, dans la mesure où les différents acteurs (partenaires sociaux, citoyens, autres ministères) vont probablement modifier leurs conduites en fonction de cette décision. » Si nous nous référons à la grille d’analyse des politiques publiques de Charles Jones nous interrogerons la loi sous l’éclairage de la 1re étape qu’il décrit : « l’identification du problème qui est la phase où le problème est intégré dans le travail gouvernemental ».

Dans cette phase d’identification du problème sont associés un ensemble de processus. Comment l’État a associé les processus de perception du problème par les différents acteurs, donc comment a-t-il défini le problème, a-t-il agrégé les différents problèmes secondaires, comment a-t-il pris en compte les incidences sur l’organisation de structures, a-t-il tenu compte de la représentation des intérêts des différentes parties prenantes ?

Cette phase d’identification du problème permet de définir l’agenda politique qui constitue et qui regroupe l’ensemble des processus par lesquels les décideurs s’emparent d’une question pour construire un programme d’action. Cette phase a‑t‑elle vraiment eu lieu ?

Peut-être, comme l’écrit Pierre Muller au lieu de concevoir cette politique publique par une série de séquences successives, eut-il été préférable de la bâtir comme un ensemble de séquences parallèles interagissant les unes par rapport aux autres et se modifiant continuellement. En somme et synthétiquement au lieu d’empiler lois et règlements peut-être eut‑il été mieux et plus efficace d’envisager une loi-cadre dans un programme pluriannuel.

C’est ce que dit le CESE (juin 2020) qui préconise de renforcer le travail collaboratif et la mutualisation des missions entre les établissements scolaires et les établissements et services médico-sociaux (ESMS) pour faire progresser l'inclusion scolaire, la socialisation et l'autonomie des jeunes en situation de handicap. Il s'agit notamment de décloisonner ces deux secteurs par la création de parcours mixtes, de mobiliser davantage l'expertise des professionnels et professionnelles des ESMS, dont la nécessité et les moyens doivent être confortés, au sein des établissements scolaires… » Il aurait donc fallu travailler à une réforme, en parallèle et concomitamment, du secteur scolaire et des secteurs de soins (psychiatrie) et des établissements médico-éducatifs et médico-sociaux.

 

[1] Yves Mény et Jean-Claude Thoenig, politiques publiques, Paris, Puf, 1989

[2] à la suite des travaux du sociologue Erving Goffman qui montraient le caractère totalitaire du fonctionnement quotidien de certaines institutions hospitalières qui imposent leurs propres rythmes et circuits à des individus vingt-quatre heures sur vingt-quatre au mépris des droits individuels.

02 Nov 2022

Politiciens : ils sont devenus fous

Qui pouvait intelligemment envisager que le Projet de Loi de Finance échappe au 49-3 ? Cette loi de finance détermine et encadre la politique du gouvernement, aussi habituellement est-elle votée par la majorité gouvernementale alors que l’opposition la rejette.

Dans la configuration actuelle : une assemblée sans majorité claire pour le gouvernement, aucune alliance avec le groupe (LR) soutenant le gouvernement ne se manifestant, le gouvernement ne pouvait pas prendre le risque de voir son budget rejeté. Donc le recours à l’article 49-3 de la Constitution était inévitable.

En outre le vote de la Loi de finances est encadré par des règles très strictes dont une règle de « délai » : le Parlement (Assemblée nationale et Sénat) ne dispose que de 70 jours pour statuer sur le projet de loi de finances : 40 jours pour la première lecture à l'Assemblée nationale, 20 jours pour la première lecture au Sénat, 10 jours pour la navette parlementaire. Passé ce délai, si le dépassement est imputable au Parlement, le gouvernement peut recourir à une ordonnance pour mettre en œuvre le projet de loi de finances.

Le gouvernement aurait pu opter pour la solution qui consistait à laisser courir les débats en pariant sur un dépassement du délai de 70 jours et recourir à une Ordonnance, ce qui sans doute aurait donné une image négative au gouvernement alors possiblement vu comme trop monarchique. C’était un pari risqué que le gouvernement n’a pas engagé et, fort logiquement, la Première ministre inversa la charge de la preuve et prétexta une prétendue obstruction des oppositions en raison du nombre élevé d’amendements déposés en considérant que « Tout indique que nous ne tiendrons pas les délais ». Ainsi, un « possible obstacle à la tenue du délai » bien qu’incertain obligeait le recours au 49-3. Effectivement, à part les députés d’opposition, qui pouvait imaginer que le président Macron laisserait la Loi de Finances lui échapper ?

Il fallait donc bloquer les oppositions tout en laissant penser que le débat parlementaire avait eu lieu, que le parlement était respecté. D’ailleurs dans le texte de loi finalement remodelé par le gouvernement 94 articles sont des propositions retenues pendant les débats : 94 amendements sur le fond, dont l’immense majorité (75) provient… du gouvernement et de la majorité. Six autres amendements déjà votés en commission de finances, à l’initiative de l’opposition, ont été gardés, auxquels il faut ajouter 5 amendements provenant du groupe Libertés, Indépendants, Outre-mer et Territoires (LIOT), 3 de LR, 3 des socialistes, 1 des communistes et 1 des écologistes. Donc, l’image de la Démocratie est sauve. Le président de la République et le gouvernement pensent avoir, ainsi, donné l’impression aux citoyens que le Parlement a pu débattre suffisamment. Bien sûr au passage on peut regretter qu’un certain nombre d’amendements se trouvent enterrés, comme celui qui permettait un crédit d’impôt pour les familles ayant à financer l’hébergement d’une personne en Ehpad, qui a disparu de la version définitive du texte. Il faudra surtout s’interroger à propos du régime de faveur accordé aux amendements issus du groupe présidentiel, n’étaient-ce pas des amendements suggérés par le gouvernement ?

 

La question n’est donc pas de savoir si le 49-3 est démocratique ou pas ; l’usage du 49-3 est inscrit dans la Constitution, donc parfaitement conforme aux institutions de la Ve République. La vraie question est double : peut-on prendre le risque que l’État ne dispose pas, à temps, d’un budget, et conséquemment à quel moment avoir recours au 49-3. Là, je renverrai le lecteur vers la chronique de Jean-Philippe Derosier, professeur de droit public, intitulée : « L'instant du 49.3 » publiée le 19 octobre 2022 dans Le Monde et sur son blog (Le blog - La Constitution décodée (constitutiondecodee.fr))

 

Dès avant le dépôt du 49-3 nous avons pu assister à un grand spectacle dans l’enceinte de l’Assemblée nationale où chacun y allait de ses invectives contre le gouvernement, ou à l’inverse on fustigeait « les oppositions ». Mme Borne nous apprenait que ceux qui faisaient obstacle au vote du texte budgétaire du gouvernement sont des irresponsables démontrant ainsi que seuls ceux qui se couchent devant son gouvernement dans un vaste élan de « soumission volontaire » seraient des personnes responsables, et de déclamer une de ces phrases creuses et dépourvues de sens comme savent en concocter les politiciens : « Les Français attendent de nous de la cohérence, de l’action et des résultats », a-t-elle poursuivi sous les applaudissements de sa majorité. Ainsi, aujourd’hui les discussions parlementaires sont reléguées au rang de discussions de comptoir et dépourvues de toute empreinte de responsabilité. Madame Borne aurait dû lire Balzac : « le comptoir d’un café est le parlement du peuple ». Il est dommage que Mme Borne limite la cohérence politique aux idées et aux paroles du président de la République et à celles du gouvernement ; les prises de position et les paroles des députés étaient on ne peut plus cohérentes et « intelligentes ». M. Macron et ses ministres ne possèdent le monopole ni de la cohérence politique ni de l’intelligence ; d’ailleurs l’expérience des actions gouvernementales montre souvent une forte incohérence et fréquemment peu d’intelligence : le marketing en politique ne remplace pas l’intelligence ; c’est ainsi d’ailleurs qu’un chroniqueur d’une chaîne de télévision au moment de la pénurie de carburant avait taxé les actions du gouvernement comme étant le résultat d’une pénurie intellectuelle !

La pénurie intellectuelle chez les ministres et chez leurs conseillés s’illustre dans ces propos d’un conseiller de président de la République transmis par la presse : « À la fin, les gens n’auront pas retenu tout ça, veut-on croire au gouvernement. Les Français se diront juste qu’un budget a été voté et que l’exécutif ne s’en est pas trop mal tiré. » Comment peut-on penser que les Français accepteront le résultat du recours au 49-3 comme étant le résultat d’un vote ? Au comptoir de mon bistrot préféré les propos étaient : Macron nous a imposé son budget ! Alors penser comme cette députée que « Le premier est le plus dur, glisse une députée Renaissance. Après cela, le 49-3 sera quasiment banalisé. », c’est méconnaître les citoyens voire les mépriser !

 

Après le cirque à propos du 49-3, délirant et lassant, les invectives se construisirent autour de l’assassinat d’une enfant de 12 ans par une jeune femme immigrée qui est sous le coup d’une obligation de quitter le territoire. Bien sûr dire que l’enfant n’aurait pas été assassinée si l’obligation de quitter le territoire avait été exécutée est une monstrueuse ânerie. C’est à peu près aussi stupide que de déclarer au retour d’une promenade que s’il n’avait pas plu on n’aurait pas été obligé de se munir d’un parapluie… Mais on est prompt à régler les problèmes sans les poser, or, comme disait Einstein, « s’il n’y a pas de solution, c’est que le problème a été mal posé ». Là, tous les ingrédients d’une fable médiatique sont présents : l’assassinat d’une enfant, une meurtrière algérienne donc pas française, même pas « blanche » et sans doute de confession musulmane, une OQTF non exécutée. Alors la foule médiatique et politique s’est déchaînée dans un vaste mouvement de « récupération » de cette situation (mais il faut battre le fer quand il est chaud, diront certains) sans penser ne serait-ce qu’une once de seconde au mal que ce déchaînement fait à la famille de l’enfant assaillie par les médias, engloutie sous un flot de commentaires et d’images qui décortique le crime, submergée par les règlements de comptes politiques. La décence et surtout le respect dû à la famille voudraient que les médias se limitassent à annoncer le crime sans le feuilletonner, et que les politiciens attendent, pour le moins, que les funérailles soient passées pour fourailler à propos de l’inexécution de l’OQTF. Non seulement s’eût été de l’ordre de la décence mais cela permettrait de poser sereinement le problème dont finalement on ne sait pas quel il est : l’origine étrangère de l’assassin ou son rapport à la religion, voir sa culture qui l’inscrirait dans un système de vengeance vis-à-vis de la France coloniale, ou peut-être l’incapacité des gouvernements à mettre en place un système efficace d’exécution des OQTF, à moins qu’il ne s’agisse plus prosaïquement du « problème de l’immigration » ? En attendant chacun accuse son adversaire de récupération, mais l’exemple n’est-il pas venu « d’en haut ». Qu’est-ce qui justifiait que le président de la République (je devrais écrire le couple Macron) reçoive la famille de la victime, que le ministre de l’Intérieur se rende aux obsèques ? BFM-TV qui a toujours réponse à tout, même aux questions qui ne sont pas posées, annonçait la présence de Darmanin aux funérailles comme le rapporte le Voix du Nord : « Gérald Darmanin sera présent sur invitation de la famille, a indiqué l’entourage du ministre de l’Intérieur, confirmant une information de BFM‑TV. » Alors ? Qui a suggéré l’idée à cette famille, fallait-il que le ministre accepte, et bien d’autres questions pourraient être posées, mais fallait-il que le Ministre accepte, alimentant ainsi le procès en récupération, car ira-t-il désormais à toutes les funérailles des victimes d’assassinat, notamment à celle de la jeune Justine assassinée à 20 ans et qui laisse un enfant de 2 ans orphelin et une famille tout aussi éplorée ?

 

En démocratie un gouvernement se doit à tous, pas à chacun en particulier. Mais on voit bien de nos jours, et Macron s’en est fait une spécialité, qu’on utilise les « cas particuliers » pour cacher les insuffisances d’une politique qui n’a pas pour but le bien commun mais au contraire dont l’ambition n’est que la promotion des ambitions individuelles de tel ou tel individu ou telle ou telle communauté. La question n’est donc pas celle de la récupération des faits de société par les politiciens : que serait une politique qui ne « récupérerait » pas les faits de société sinon une mise en action froide et glaçante d’une idéologie. La question est celle de l’objectif des politiciens lorsqu’ils « récupèrent » un fait de société. Pour quoi faire le fait de société devient une question politique ? Cette « récupération » qu’on nommerait prise en compte dans une situation plus sereine est la matrice génitale d’une politique publique ; on voit bien qu’ici, faite de sérénité, à cause de la violence politique, la mort de Lola ne servira pas à réfléchir aux problèmes qui sont posés par la situation sociale qui ont conduit ou accompagné la mort de cette enfant. Et, une fois le ramdam médiatique passé, le soufflé s’effondrera jusqu’à une prochaine affaire qui marque une époque où la politique se fait autour des émotions plutôt qu’à partir de la sérénité et de la sagesse.

 

Puis il y eut les élucubrations de M. Mélenchon tentant d’inscrire sa « marche pour le pouvoir d’achat » dans une analogie avec les mouvements qui ont généré la Révolution de 1789 : comme si les citoyens et la situation sociale d’aujourd’hui avaient quoi que ce soit de semblable avec les mères de famille de 1789. Ça ne valait pas l’once d’un commentaire mais les politiciens opposés, viscéralement à Mélenchon, s’en sont fait des gorges chaudes. Pendant que les uns enfilaient des niaiseries pour essayer d’affadir les niaiseries de l’adversaire, le citoyen oubliait (du moins le pensait-on au gouvernement) l’inflation, les fins de mois difficiles…

 

Quel mépris nous opposa le ministre de l’Économie, mais c’est son habitude, lorsqu’il déclarait que la grève des employés des raffineries était illégitime. Par définition et par le droit une grève est toujours légitime, sauf bien sûr sous les gouvernements autoritaires et dans les dictatures. Lui, comme la première ministre, devrait lire les articles de Simone Weil regroupés dans un opuscule intitulé « Grèves et joie pure » (ed Libertalia), ils comprendraient (peut-être) ce que représente une grève pour des salariés : « Il s'agit, après avoir toujours plié, tout subi, tout encaissé pendant des mois et des années, d’oser enfin se redresser. Se tenir debout. Prendre la parole à son tour. Se sentir des hommes, pendant quelques jours. Indépendamment des revendications, cette grève est en elle-même une joie. Une joie pure. Une joie sans mélange. » La grève, c’est plus qu’un paquet de revendications, la grève c’est surtout une action visant à faire reconnaître sa dignité. Il y a longtemps que certains syndicats ont oublié cela et signent des compromis assez « basiques ». Du coup certains qui ne signent pas sont déclarés, parce qu’ils sont minoritaires, irresponsables ; peut-être ont-ils simplement un sens de l’honneur qui ne cède pas à n’importe quel compromis qui ressemblerait plus à de la compromission. Quoi qu’il en soit la minorité n’est jamais obligée de se plier devant une majorité sinon les Résistants de 1940 à 1945 auraient dû accepter la volonté de la majorité représentée par le gouvernement dirigé par Philippe Pétain. Sans doute faudrait-il se souvenir de la phrase d’Albert Camus : « La démocratie, ce n'est pas la loi de la majorité, mais la protection de la minorité. » Toutefois je veux bien concéder que le dialogue social n’est pas une habitude française comme l'écrivait Simone Weil : « L'idée de négocier avec les patrons, d'obtenir des compromis, ne viens à personne. On veut avoir ce qu'on demande. On veut l’avoir parce que les choses qu'on demande, on les désire, mais surtout parce qu’après avoir si longtemps plié, pour une fois qu'on relève la tête, on ne veut pas céder. On ne veut pas se laisser rouler, être pris pour des imbéciles. »

D'ailleurs, peut-être que les gens se sont moins mis en grève pour des histoires de salaire que pour « être reconnus ». Comment justifier, en dehors de toute démonstration économique, qu’on n'augmente pas les salaires modestes alors que certains qui sont plus que grassement rémunérés voient leur rémunération s’exprimer en dizaines de millions. Certes le ministre de l’Économie et son caniche (le ministre du budget) expliquent que les très hauts salaires sont un bien pour notre économie puisqu’ils génèrent de forts impôts ; c’est oublier les niches fiscales, les placements Offshores. Plus prosaïquement payer 50 % d’impôts sur des revenus de 50 000 000 € laisse 25 000 000 € soit un revenu mensuel de 2 084 000 € ce qui demeure confortable pour organiser sa vie, alors que se voir prélever 12 % de ses revenus quand on gagne 51 000 € soit 4 250 € mensuels (brut) ne laisse que 44 880 € soit 3 740 € mensuels ce qui est terriblement moins confortable et surtout plus pénalisant dans le « reste à vivre », et cet exemple se situe bien au-dessus du salaire médian. Je laisserai au lecteur le soin de calculer le « reste à vivre » et l’ampleur de la pénalité fiscale à chaque niveau de salaire. À ce calcul il conviendrait d’ajouter la TVA et diverses taxes comme la taxe foncière. Quelle est l’incidence d’une taxe foncière de 1600€ sur un revenu de 44 880 € par rapport à une taxe foncière (supposée) de 15 000 € sur un revenu de 25 000 000 € ?

Nous pourrions aussi discuter cette pseudo-théorie économique selon laquelle une augmentation des salaires entraîne ipso facto une augmentation des prix de vente. Simplement une augmentation des salaires n’a pas d’autres raisons d’entraîner l’augmentation des prix de vente que le maintien des dividendes versés aux actionnaires. Je ne ferais pas du marxisme d’opérette mais peut-être les ministres, les politiciens de tous bords pourraient-ils poser, autrement qu’ils le font, le problème des salaires et la reconnaissance des grèves.

 

N'oublions pas, les propos des nervis de Macron et du grand manitou lui-même lors du deuxième acte de sa pièce sur France 2 : Mélenchon aurait signé un pacte avec Marine Le Pen à l’occasion du vote de la motion de censure ! Belle affaire si cela avait été. Lui-même devenu inséparable d’un président battu à l’élection présidentielle et qui donc ne fut pas reconduit, et battu fortement à la primaire de son propre parti, courtise le parti LR dans la perspective de l’accaparer, telle une fleur carnivore, dans son camp. C’est bien là la politique politicienne de l’ancien monde dont Macron avait promis de nous débarrasser.

On voit là à quel point Macron refuse le débat parlementaire et voudrait tout avoir en main. Dans un régime parlementaire il n’est nul besoin d’alliance figée dans le marbre pour que plusieurs partis se rejoignent pour voter un même texte. Non seulement ces attaques, puantes et irrespectueuses pour les citoyens qui ont soutenu LFI et le Rn et qui n’ont pas besoin que Macron leur tienne la main pour savoir ce qu’ils doivent penser et faire, ces attaques montrent l’état de décrépitude de l’idéologie macronienne qui ne maîtrise plus rien. Or, quand le chasseur ne maîtrise plus son chien il déclare qu’il a la rage pour l’abattre.

 

Pénurie culturelle et intellectuelle, absence de réflexion profonde, goût du scandale et du sordide, agressivité et violence… voilà ce qui a caractérisé la vie politique de notre pays ces derniers jours largement relayé voire amplifié par certains médias si souvent sans éthiques et sans beaucoup d’intelligence ni de culture mus uniquement par la recherche du sensationnel : on s’étonnera que l’indice de confiance des Français dans les médias, comme dans les politiciens, ne dépasse pas 23% et que 36% des Français ne regardent plus ni ne lisent les informations.

 

Je citerai, une fois encore mais en conclusion, Simone Weil : « Allons-nous enfin assister à une amélioration effective et durable des conditions du travail industriel ? L’avenir le dira ; mais cet avenir il ne faut pas l’attendre, il faut le faire. »

31 Dec 2021

Le Grand Charles n’aurait pas…

Je voulais écrire un conte : « petit Omicron et le loup » mais le cœur n’y était pas. Alors revint le souvenir de Charles. Charles, quels que soient les moyens modernes de communication, n’aurait pas pris de vacances, même au Fort du Bord de Mer, alors que le pays est dans la souffrance. Car, comme disent mes amis helvètes, aujourd’hui il y a le feu au lac. Mais, en Gaule, dans une royauté démocratique le souverain part faire bombance autour de la dinde de Noël loin de la capitale, loin de son peuple alors que le pays est en proie à une recrudescence d’une pandémie à la puissance rarissime. Mais foin de la souffrance du pays, le roi se protège et il y a peu à ce que, le peuple se plaignant, la reine lui envoie une poignée de chocolats comme jadis une autre reine proposait qu’on lui donnât de la brioche alors qu’il réclamait du pain, son pain quotidien.

Médisance que cela car enfin prenons conscience de la gravité du danger : le roi a annulé son voyage sous les tropiques par peur de la contamination, pas question qu’il aille porter le virus chez nos quelques soldats encore en mission. Alors, pas question qu’il prenne le risque de porter ce même virus chez les personnels soignants, les sapeurs-pompiers, les policiers et gendarmes et d’autres qui travaillent en cette période de fêtes. Pourtant quel beau geste ça aurait été que de rendre visite au personnel soignant qui est mis à rude épreuve depuis deux ans.

Les hommages c’est quand le roi s’ennuie et que leur ordonnancement ne vient pas perturber sa vie personnelle. Comme cela est désormais le grand principe de vie dans le pays, le roi cherche sa satisfaction personnelle avant le service et le bien commun du pays. Alors tous en vacances : le roi, la reine, les ministres et les députés ; pendant ce temps le pays brûle et les citoyens sont malades à foison.

Alors qu’il faudrait prendre des mesures drastiques pour éviter les contacts entre les personnes afin de limiter la propagation du virus le roi attend : il aurait pu réunir ses ministres samedi ou dimanche, il attend après les fêtes ; sans doute est-il judicieux d’attendre que les vapeurs des bombances se soient évaporées. Les députés n’ont pas été, eux non plus, invités à rejoindre leur poste. Le pays est-il gouverné ?

À l’heure où j’écris ces lignes le Conseil (en visioconférence puisqu’il est hors de question que le roi quitte son lieu de villégiature) n’a pas encore eu lieu mais en confrontant l’expérience passée et les fuites du palais rapportées par les gazettes, je ne m’aventure pas dans une prévision hasardeuse en écrivant qu’il n’y aura pas de mesures fortes pour endiguer la propagation du variant Omicron : le gouvernement va continuer à se limiter à la vaccination dont on sait, scientifiquement, qu’elle est désormais très insuffisante ; il se pourrait même, disent ls gazetiers, que les non-vaccinés qui accepteraient une première injection aient droit au passe vaccinal comme ceux qui ont fait l’effort de se faire « piquer » trois fois. Comprenne qui pourra ! Le roi en appellera à la responsabilité de ses sujets pour pouvoir mieux leur faire porter le poids de l’échec de sa stratégie. Mais surtout pas question d’imposer des mesures qui indisposeraient les sujets du royaume ; en d’autres moments la question ne fut pas posée : on imposait !

Je comprends qu’il soit déplaisant que les tavernes, les auberges et autres théâtres soient clos tôt dans la soirée, que les déambulations nocturnes soient interdites et que les jeunes - ce groupe social si particulier - se sentent ainsi brimés, mais il faut choisir : laisser le virus prospérer ou éteindre l’épidémie. Bien sûr comme me disait ce matin une commerçante : il va falloir apprendre à vivre avec, oui mais comment : mort ou vif, entier ou invalide…

In fine, tout cela pose bien des questions, d’abord celle de la capacité des politiciens modernes à gouverner autre chose que leur image électorale, puis celle de la capacité des gens à accepter de surseoir à leur plaisir immédiat. Cette question rejoint celles posées par Marcel Gauchet à propos du fonctionnement de la société et de la politique dans un entretien accordé au journal La Croix (27 novembre 2021) ; il y évoque le fait que les gouvernants n’ont pas rendu la vaccination obligatoire au nom de l’intérêt collectif mais ont mis en avant la satisfaction du plaisir : « Il est dans votre intérêt de vous faire vacciner car cela vous ouvrira les portes des cinémas et des restaurants. » Marcel Gauchet s’interroge sur les conséquences d’une telle pratique de gouvernance : « Imaginez, dans une société comme celle-là, la nécessité de se défendre militairement… Va-t-on dire : “Il est dans votre intérêt de vous engager dans l’armée” ? Heureusement que ce n’est pas à l’ordre du jour. »

Espérons que le conte non écrit ne serait pas une dystopie que je voudrais ne pas voir ! En tout cas en pareilles circonstances Charles de Gaule ne serait pas parti en vacances…

01 Aug 2021

Macron : ils sont encore dans la rue

Ce samedi 31 juillet sous un ciel de plomb Poitiers connaissait sa troisième manifestation des opposants à la loi sanitaire voulu par Jupiter. Une fois encore, après tant et tant de fois et pour tellement de raisons différentes, des citoyens sont dans la rue pour crier leur hostilité à la politique d’E. Macron. Car c’est bien de cela dont il s’agit : de l’hostilité à une politique qui met chaque jour les plus humbles de plus en plus en difficulté, une politique de répression et de contrôle, une politique du « coup de com » dépourvue de cohérence. Peut-être y a-t-il aussi de l’hostilité, quand ce n’est pas de la haine, à l’égard d’un président de la République vécu, ressenti souvent à juste titre comme arrogant et méprisant à l‘égard des « gens de peu », des gens du « parlement des invisibles », des « seconds de corvée » ?

 

Une fois encore c’est par le mépris que le gouvernement, et plus largement la frange la plus conservatrice des politiciens, a accueilli ces manifestations en caricaturant et souvent en salissant ces manifestants dans l’espoir de les couper du reste de la population, celle des lèche-bottes et des couards, celle des soumis, celle qui craint pour son médiocre patrimoine. Curieux, j’utilise la même arme : celle du mépris, de la disqualification. Je le fais comme Macron, c’est aujourd’hui bien connu et bien analysé, qui cherche à diviser pour gouverner, ça rappelle un peu ce qui s’est passé en 1940 dans notre pays, du moins en termes de métaphore psycho-sociologique. On voit bien comment Monsieur Batignole (le personnage du film éponyme) aurait réagi en présence de cette situation sociale et de ces manifestations. C’est sur cette frange de la population que Macron a assis son succès en 2017 et il compte bien récidiver en 2002 avec les mêmes armes.

 

Donc rien de surprenant qu’à la suite de la première manifestation le très jeune porte-parole du gouvernement, Gabriel Attal, déclare que les manifestants appartiennent « à la frange capricieuse et défaitiste ». Si on peut accoler le qualificatif de capricieux à des gens qui refusent une règle, on ne voit pas bien ce que défaitiste recouvre ici. Le mot serait peut-être opportun si la vaccination avait fait totalement ses preuves ; ce n’est pas le cas puisque dans sa chronique (Le Monde du 30 juillet) Chloé Hecketsweiler écrivait : « Le vaccin Pfizer ne protègerait qu’à 39% contre les infections par le variant Delta. » Une lecture approfondie de l’article, mieux une lecture attentive des études scientifiques, permet de minimiser cette alerte. Toutefois l’article se termine sur les propos d’une scientifique qui rappelle que « si la vaccination reste efficace contre le variant Delta, de nouvelles données “indiquent qu'en de rares occasions, des personnes vaccinées(...) pourraient être contagieuse et transmettre le virus” ». Emmanuel Macron ne fut pas en reste de déclarations toxiques ; le 25 juillet alors qu’il était aux antipodes critiquant des antivax il parlait de leur « irresponsabilité » et de leur « égoïsme ». Sans doute comme le mentionne Solenn De Royer dans sa chronique (Le Monde) Macron voit-il dans ces manifestations le moyen de réactiver, ou de creuser plus, le « clivage entre progressisme et populisme, qu’il tente d’imposer depuis 2017 ». Si on peut comprendre la démarche philosophique et politique, on voit le danger pour la société qu’il y a à aviver ces clivages en utilisant les citoyens, pire en les opposant entre eux.

 

Une fois encore Macron, rejoint par de nombreux politiciens, par des médecins et des intellectuels tous à l’abris des fins de mois difficiles, refuse d’entendre les gens. Comme l’a écrit le politologue Arnaud Benedetti dans Le Figaro : « La macronie n’a rien appris depuis les Gilets Jaunes » ; pire elle récidive dans l’utilisation de l’arme de la disqualification. Mais, Jérôme Fourquet, analyste à l’IFOP cité par Solenn De Royer, « identifie deux risques majeurs. Observant le caractère inédit d'une mobilisation (antivax et gilets jaunes) en plein mois de juillet, il met en garde contre l'imprévisibilité d'un tel mouvement. » En outre Jérôme Fouquet met en avant la position clivée de la cote de popularité d’Emmanuel Macron qui atteint 52% chez les cadres alors qu’elle ne dépasse pas 26% chez les ouvriers. Jérôme Fourquet évoque la possibilité d’une réactivation « d’un puissant clivage de classes ».

 

C’est bien ce clivage qu’évoquent ces manifestations « anti passe sanitaire ». L’hétérogénéité des manifestants pourrait laisser à penser qu’il s’agirait bien de ces « gaulois réfractaires » si toutefois ils n’avaient pas un point commun à deux faces. Plus que la défense des libertés la première face évoque un profond ras le bol des contraintes et des interdictions de toutes sortes qui vont au-delà des « mesures sanitaires » ; ce sont aussi les restrictions de circulations en ville, les contraintes liées à la transition écologique, les difficultés pour se faire soigner, pour finir ses fins de mois, pour accéder aux services publics... La deuxième face, au-delà de l’opposition de principe à la vaccination, c’est la crainte par apport à des vaccins dont on ne sait pas les effets secondaires notamment génétiques, c’est la perte de confiance dans des médecins qui assènent des vérités alors qu’ils ne sont sûrs de rien et là on se rappelle le coup de « la grippette » en février-mars 2020, la non-nécessité des masques..., et surtout ces manifestations marquent la perte de confiance dans un gouvernement qui ayant parlé de guerre a conduit une stratégie incohérente, inconstante, faite d’aller-retour, de décisions et de contre-décisions, et là on se rappellera les propos des ministres sur l’usage du masque, sur les vaccinodromes...

 

Ces craintes doivent être entendues, interrogées et discutées plutôt que de se voir opposer la disqualification de ceux qui les portent. Sur RTL le 11 mars 2020 le professeur Gilbert Deray avait une analyse très intéressante : « La peur du coronavirus devient beaucoup plus importante dans ce qu'elle va générer comme réactions que le virus lui-même. » Or, on ne combat pas la peur par la coercition et l’insulte. Il ajoutait, sorte de prémonition, « Je crains que ce virus ne soit le miroir d'une société complètement fracturée qui conduise à l'affrontement de l'individu dans indifférence de l'intérêt collectif. Il faut que l’on fasse très attention à ça ». Malheureusement ça ne l’empêchera pas sur LCI le 27 juillet 2021 de qualifier « de criminels » ceux qui diffusent de fausses informations à propos de la vaccination ; les connaît-ils, sait-il de quoi parlent ces gens parmi lesquels on compte des médecins ? Nous pouvons comprendre ce coup de colère mais à fustiger, à la limite de l’insulte, les gens on est contre-productifs dans la plupart des cas. D’ailleurs dans cette interview il rappelle bien deux choses fondamentales dans cette histoire : l’état des méconnaissances scientifiques vis-à-vis de ce virus et de cette pandémie, et l’augmentation de la perte de confiance dans le discours médical.

 

Mais le gouvernement et le corps médical préfèrent faire peur et, prérogative gouvernementale, utiliser la menace. Où sont les actions, alors qu’on en parle depuis 7 mois, pour aller à la rencontre des personnes isolées (que ce soit physiquement, économiquement ou culturellement), à part quelques expériences de-ci delà rien d’organisé de façon systématique. On fustige les restaurants et les boîtes de nuit, et au passage les jeunes, mais on a autorisé leur réouverture. On préfère exercer un véritable chantage sur l’ensemble des Français et plus particulièrement sur les jeunes et les soignants. Mais, comme le dit Barbara Stiegler dans une interview sur Reporterre : « Si la menace au code QR fonctionne pour les populations les mieux insérées socialement, elle est globalement inopérante pour les publics précaires et fragiles. Le gouvernement laisse les citoyens livrés à eux-mêmes, seuls devant leurs applications numériques. » [...] « Au lieu de reconnaître ses torts et ses responsabilités, il (Emmanuel Macron) transforme les victimes de sa propre politique - à savoir les citoyens - en coupables. Il les rend responsables de la situation présente. » Les gens qui manifestent aujourd’hui ne supportent plus cette position d’esclave du délire présidentiel et du mépris des privilégiés. En outre soyons clairs, depuis le début de l’épidémie, le gouvernement n’a cessé de brandir des solutions miracles : le confinement, le couvre-feu, les nouveaux vaccins et maintenant le passe sanitaire..., cela depuis 18 mois et le succès est chaque jour remis en cause, donc les gens n’ont plus envie de subir des restrictions et des contraintes à l’efficacité cachée dans les articles scientifiques. Comment supporterait-on ces contraintes alors qu’un rapport de la Cour des comptes nous apprend que la France n’a affecté que 530 millions d’euros à la recherche contre le covid-19, contre 1,2 milliards par le Royaume-Uni ou 1,5 milliards par l’Allemagne, et que les maigres investissements français sont jugés trop dispersés pour répondre aux enjeux de la crise à travers les nombreux organes pilotant les fonds. Les gens ne se sentent pas pris en compte, ils se vivent comme de simples variables d’ajustement d’un système économique qui leur échappe et victime du délire d’un président néophyte et sans culture ni sociale ni humaine.

 

Alors les gens manifestent, parfois en utilisant des actions stupides : violence, utilisation de l’Etoile Jaune (encore qu’il faudrait discuter de ce qu’est un symbole et du droit à l’utiliser). Alors ils constituent des rassemblements hétéroclites où tout se côtoie, pour autant comme le rappelle Barbara Stiegler : « L’argument selon lequel il n’est pas question d’aller manifester aux côtés d’électeurs d’extrême droite est ici de mauvaise foi. Il n’est jamais évoqué quand il s’agit de manifester contre un attentat terroriste ou pour soutenir la police. Récemment, des membres du Parti socialiste (PS), d’Europe Écologie—Les Verts (EELV) et du Parti communiste (PCF) ont marché aux côtés du syndicat de police Alliance et à côté du Rassemblement national (RN), et cela ne leur a posé visiblement aucun problème. »

 

Alors, oui les gens ont peur, oui les gens sont inquiets, oui les gens sont épuisés par les contraintes « sanitaires » mais plus généralement par la vie, oui les gens sont fatigués des privilèges de certains qui profèrent des idéologies contraignantes comme la transition écologique voulue par un groupuscule de bobo-nunuches... Il faut entendre cela. Sinon !

 

À ne pas vouloir écouter les gens, à ne pas vouloir traiter dignement les problèmes qu’ils rencontrent, car lorsque la parole est interdite on arrive à une situation qui fit dire à Martin Luther King en 1967 à Stanford : « au bout du compte, l’émeute est le langage de ceux qui ne sont pas entendus ».

 

24 Jul 2021

Macron et le nuage de Tchernobyl

Le dernier article que j’ai écrit sur la pandémie remonte déjà au 29 mai 2021 ; il s’intitulait : « Covid : la récréation et le bouffon ». Il me semblait alors que la pandémie faisait une pause qui nous mettait en récréation, mais en même temps je pressentais que nos gouvernants, le président de la République en particulier, confondaient accalmie, pause et fin. Il ne s’agissait que d’une rémission et plus que jamais Emmanuel Macron apparaissait comme un bouffon dans le sens de la posture d’acteur qu’évoque Dominique Pasquet dans son article « Acteur » (encyclopédie Universalis) : « L’hypocrite devient d’ailleurs l’histrion, un bouffon grotesque dont les saltations, les pantomimes lascives et les spectacles licencieux dérèglent les sens des spectateurs. » Dans la vaste comédie que nous joue Emmanuel Macron il s’est bien agi de dérégler nos sens ; nous devions devenir aveugles à la réalité de la pandémie, accepter sans broncher ni même baragouiner afin qu’il installe sa stratégie électorale pour 2022 comme titre £e Monde du 19 mai : « Macron rode sa précampagne pour 2022 », et de préciser : « L’épisode résume tout l’enjeu de la période actuelle pour Emmanuel Macron : engranger les bénéfices politiques de ce retour progressif à la vie normale tout en évitant un rebond de l’épidémie, contrairement aux deux précédents déconfinements. »

 

Ce faisant Emmanuel Macron nous rejoue la scène du « nuage de Tchernobyl » en 1986 : on ne ment pas mais on ne dit pas tout, installant ainsi le public dans une sorte d’extase par rapport au gouvernant prétendument sauveur et à sa stratégie soi-disant salvatrice. Rappelons-nous brièvement l’histoire du « nuage de Tchernobyl » pour mieux situer et (peut-être) comprendre le présent et la malhonnêteté de l’action du gouvernement et du président de la République.

 

Le 28 avril 1986 la centrale nucléaire de Tchernobyl explose et un panache de fumée « radioactive » s’en échappe. Naissait alors en France la légende du nuage de Tchernobyl : le nuage chargé de radioactivité, selon les autorités, se serait arrêté à la frontière.

 

En réalité, au vu des analyses effectuées par le Service central de protection contre les rayonnements ionisants placé sous la tutelle du ministère de la Santé, son directeur le Professeur Pierre Pellerin annonçait le 29 avril qu'« aucune élévation significative de la radioactivité n’a été constatée ». Puis le lendemain il indiquait une « légère hausse de la radioactivité atmosphérique, non significative pour la santé publique ». Le gouvernement français estime alors qu’aucune mesure particulière de sécurité n’est nécessaire. Ce même 30 avril, la présentatrice Brigitte Simonetta annonçait dans un bulletin météorologique d’Antenne 2 que la France devrait être protégée du « nuage » par l’Anticyclone des Açores et pourrait le rester pendant les trois jours suivants.

 

Il s’ensuit une polémique au cours de laquelle on prête à Pierre Pellerin, donc au gouvernement, d’avoir dit que « le nuage s’est arrêté à la frontière ». Les médias affirment que « les pouvoirs publics ont menti en France » et que « Le professeur Pèlerin [en] a fait l’aveu ». Les démentis des autorités, le fait que Pierre Pèlerin ait gagné ses procès en diffamation contre des journaux, n’ont pas suffi à éteindre la polémique, ni surtout l’inquiétude des Français. D’autant moins que, trente ans après, la Ministre de la Santé, Marisol Touraine, juge non concluante une étude italienne :"Les études montrent de façon générale que, depuis une trentaine d’années, on assiste dans l’ensemble des pays développés à une augmentation du nombre de personnes atteintes par des cancers de la thyroïde", "L’étude italienne ne permet pas aujourd’hui selon ses données méthodologiques d’établir un lien de cause à effet plus direct entre le nuage de Tchernobyl et le développement de ces cancers". Toutefois l’association Sortir du Nucléaire publie sur son site (Les retombées de Tchernobyl en France (sortirdunucleaire.org)) : « Ce passage du nuage a été largement minimisé. Les semaines suivantes, les discours se multiplient pour rassurer la population française. Les autorités ont voulu faire croire que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté aux frontières… »

 

En mai 2021 le virus s’est arrêté aux frontières et la France gagnait la « guerre » contre la pandémie. Ainsi nous rapporte £e Monde (15 mai) dans « Jean Castex en campagne pour rester à Matignon » : « Jean Castex s’est converti à l’optimisme d’Emmanuel Macron, qui a annoncé, fin avril, le déconfinement du pays, malgré une situation toujours tendue sur le front de l’épidémie du Covid-19, « nous sommes en train de sortir durablement de cette crise sanitaire », a embrayé M. Castex dans le Parisien, mardi, jetant à la poubelle son habituelle prudence. » Alors ce fut le grand lâché des vannes de la coercition sanitaire, le grand relâchement des populations : « L’exécutif détaille son plan de déconfinement » lisait-on dans £e Monde du 11 mai. Un plan en plusieurs étapes qui aboutit à un déconfinement total le 30 juin 2021 à l’exception des boîtes de nuit qui durent, à force de négociations, attendre le 9 juillet pour rouvrir sous conditions d’appliquer des règles sanitaires strictes [qui seront plus ou moins bien appliquées]. Les ministres et la cohorte des perroquets enrubannés de La République En Marche entonnaient le chant de la louange : qu’il est beau le divin Macron qui a repoussé le virus. Ainsi le porte-parole de LREM (£e Monde, 19 mai) : « Le porte-parole De la République en marche, Roland Lescure, a donc suggéré à ses collègues du groupe macroniste de publier sur les réseaux sociaux les photos de leurs retrouvailles dans les bars et les restaurants, accompagnées du mot-dièse #nousretrouver, afin d’« inciter un maximum de personnes à retourner en terrasse ». « Cette opération doit nous permettre de rappeler que ces ouvertures sont possibles grâce à l’action du président de la République et de la majorité. » La litanie des louanges, les propos encensoirs tenus par des affidés encenseurs comme rarement il y en eut dans l’histoire politique, les flatteries sont allées et vont encore bon train au risque de mentir au moins par omission. Tel Gabriel Attal, porte-parole du gouvernement, qui le 2 juin déclarait : « Il n’y a pas d’extension de l’épidémie mais seulement des clusters ». Ça rappelle douloureusement les propos du Ministère de l’Agriculture qui, dans un communiqué le 5 mai 1986, indiquait que les taux de radioactivité des produits agricoles sont normaux en France : « Le territoire français, en raison de son éloignement, a été totalement épargné par les retombées de radionucléides consécutives à l’accident de la centrale de Tchernobyl. À aucun moment, les hausses observées de radioactivité n’ont posé le moindre problème d’hygiène publique. »

 

Et pourtant, les scientifiques alertaient sur les risques que faisait courir un relâchement prématuré des mesures sanitaires. Le 10 mai £e Monde fait part de l’avis du conseil scientifique, qui s’était autosaisi de la question, où il s’inquiétait d’un calendrier décorrélé des données épidémiologiques et où il s’alarmait du « décalage entre les conditions d’ouverture envisagée et le niveau de vaccination de la population qui sera atteint le 19 mai. » Mais Macron en savant épidémiologiste pariait sur la vérité des chiffres présents sans ne se préoccuper ni de la vie du virus ni de la vie de la société, rejetant tout esprit d’anticipation et de précaution. Il y avait la vaccination qui allait d’un bon pas, et les chiffres indiquaient un ralentissement de l’épidémie comme l’indique le site Le Caducet.net : « Santé Publique France révèle dans son dernier point de situation épidémiologique que la circulation virale du Coronavirus Sars Cov 2 poursuit son ralentissement pour la 3e semaine consécutive avec une baisse de 20 % du taux d’incidence. Néanmoins l’épidémie se maintient à un niveau élevé, supérieur à celui d’avant le dernier confinement. En semaine 17 (du 26 avril au 02 mai 2021) 150 275 nouveaux cas ont été confirmés, soit environ 21 500 cas en moyenne chaque jour. Si la diminution du taux d’incidence concerne toutes les tranches d’âge, elle est moins marquée chez les 0-14 ans avec 6 % de baisse seulement. » C’est cette posture par rapport aux « chiffres » plutôt que par rapport « à la vie globale d’une épidémie » qui permit (le 22 juillet à 23h sur BFMTV) au professeur Magarbane de conforter Macron dans ses décisions en rappelant qu’elles furent prises à bon escient compte tenu du recul de l’épidémie en mai. Cette attitude est celle qu’adopteraient les pompiers en présence d’un feu de forêt en ne prenant en compte que le résultat immédiat de leur travail sans tenir compte du vent qui peut se lever à nouveau, d’un feu qui couve sous une souche, etc. C’était oublier le variant Delta ! C’est aussi – mais c’est un autre débat – oublier que ni la vie ni la société ne peuvent totalement se réduire à des modèles mathématiques.

 

Or déjà le 2 juin, alors que le déconfinement commencé à peine 15 jours avant et que les « salles » n’étaient pas rouvertes, Europe1 titrait : « Covid-19 : comment expliquer les "signaux d’alerte" en Occitanie et en Nouvelle-Aquitaine » Le 11 juin dans Sud-Ouest Didier Couteaud (directeur de l’ARS du département des Landes déclarait : « Les premiers résultats montrent que le variant Delta », identifié en Inde, « s’installe progressivement » dans les Landes et que « d’autres zones », en plus des six communautés de communes (sur 16) repérées, sont touchées. » Pourtant Radio France Bleue Nouvelle-Aquitaine avait annoncé un mois avant, à juste titre, « Le département des Landes est, depuis plusieurs semaines, relativement épargné par l’épidémie de coronavirus, avec un taux d’incidence largement inférieur à la moyenne française. Pour la première fois, ce vendredi 7 mai, le département des Landes a même le taux d’incidence le plus bas de France métropolitaine, avec 67 cas en une semaine pour 100 000 habitants. » Macron, et avec lui un peuple hypnotisé par le discours présidentiel, la propagande diffusée par les affidés de la République En Marche, et tout à la joie de retrouver sa vie « consumériste », ses plaisirs immédiats et n’aspirant qu’à des vacances au soleil et pour les plus jeunes aux « grandes teuf copieusement alcoolisées », ont oublié le variant Delta et que les rassemblements sont sources de surcontamination.

 

Fi du variant Delta qui circulait partout dans le monde et notamment en Espagne et au Portugal, en Grande-Bretagne, mais comme l’a déclaré Gabriel Attal, qui concourt pour le prix Nobel de la clairvoyance : « La situation en France n’est pas la même qu’en Grande-Bretagne » ; c’est vrai là-bas à cette époque les contaminations étaient reparties à la hausse. Si les autorités scientifiques de la perfide Albion annonçaient que ce variant est 40 % plus contagieux que son aîné le variant anglais lui-même 50 % plus contagieux que le virus originel le Sars-CoV 2, ce n’était que pour nous effrayer ; sans doute une vengeance post-brexit. Mais voilà le variant Delta était déjà bien installé en France avec l’idée de prospérer comme le rappelle un article de L’express paru le 10 juillet 2021 : « Le variant Delta arrive sur le territoire fin avril, mais à l’époque, les autorités soutiennent que la situation est sous contrôle. À la fin du mois de mai, le variant encore peu présent sur le territoire, est confirmé dans une famille de l’agglomération de Dax (Landes) alors que celle-ci "ne s’était pas rendue en Grande-Bretagne ou en Inde, ni n’avait été en contact avec des personnes revenant de ces pays", assure Didier Couteaud, délégué départemental de l’ARS dans les Landes. Dix jours plus tard, la progression du variant Delta alerte déjà avec 250 cas avérés et probables, soit environ 30 % des contaminations au Covid-19 dans le département. » S’il est vrai que les mesures mises en place le 31 mars et la vaccination avaient provoqué un vrai ralentissement de l’épidémie, il ne fallait pas pour autant se réjouir, abandonné toute vigilance et jeter aux orties le principe de précaution ; comme l’avait déclaré au Monde le professeur Bruno Lina (10 mai 2021) : « Nous avons beaucoup d’atouts. Ne gâchons pas tout en laissant tout aller trop vite. » Pourtant Macron qui estime avoir fait le bon choix en impulsant son calendrier d’ouverture et « en anticipant une baisse de la circulation du virus » [£e Monde, Macron veut profiter du « moment de liberté », 20 mai 2021], n’avait-il pas écouté les scientifiques : « Nous avons [j’ai fait] fait des choix. C’est ça, gouverner, présider. Ce n’est pas faire un pari mais voir ce que dit la science. » Encore faut-il comprendre la science et d’autre part avoir d’autres ambitions que la satisfaction de son ego. Macron avait hâte de se montrer comme le « bon père protecteur » pour assurer sa marche vers « Élysée 2022 », et de fait ça a fonctionné puisque sa cote de popularité a cru. D’après les sondages de l’IFOP en mai 41 % des Français sont satisfaits de sa gestion de la pandémie soit 2 points de plus qu’en avril, et 40 % sont globalement satisfaits de lui soit 3 points de plus que le mois précédent. Bien sûr il faut nuancer et analyser finement ces chiffres. Ainsi le sondage nous apprend « qu’il remonte ainsi fortement chez les plus jeunes : + 8 points chez les 18-24 (51 % de satisfaits) et les 25-34 ans (42 %). En revanche, il ne parvient pas à compenser ses pertes chez les plus âgés, qui ont pourtant longtemps constitué un des piliers de son socle de soutien – notamment pendant la crise des Gilets jaunes – mais qui ce sont en partie détournés de lui : il stagne à 38 % chez les plus de 65 ans, et ne regagne que 3 points chez les retraités (39 %) ». Diable, il est évident que les jeunes plébiscitent l’action de Macron qui leur offre l’ouverture des lieux festifs, des cinémas, puis l’ouverture des boîtes de nuit, autant de lieux de contamination.

 

Ce qui devait arriver arriva comme le relate Libération le 21 juillet 2021 : « De fait, après les premières soirées de réouverture des 9, 10 et 13 juillet, au Hangar FL à Bordeaux, plus de 80 contaminations ont été recensées. Ce ne sont pas moins de 2 000 personnes au total qui doivent être contactées individuellement cette semaine « afin qu’elles se fassent tester et vacciner très rapidement », a précisé l’Agence régionale de santé de Nouvelle-Aquitaine. De quoi refroidir le gouvernement sur la clairvoyance de la réouverture de ces lieux. » Pareillement le journal L’indépendant relate dans son édition du 23 juillet 2021 : « Deux foyers de contaminations au Covid-19 ont été identifiés dans des discothèques situées dans l’est de la France, avec à chaque fois plusieurs dizaines de personnes contaminées, selon les autorités sanitaires. Selon nos confrères des Dernières Nouvelles d’Alsace, 44 cas de Covid et 4 000 cas contacts ont été détectés après une soirée dans une boîte de nuit. Un cluster de haute importance, selon le préfet des Vosges, d’autant que le chiffre pourrait encore augmenter dans les jours qui viennent au vu des milliers de cas contacts. » Cependant, comme les restaurateurs, les tenanciers de boîtes de nuit se défendent d’être des pourvoyeurs de cluster... Pour l’instant le lobby des restaurateurs plus puissant est mieux entendu à l’Élysée, et on cède à « ses caprices » et aucun contrôle sérieux n’est effectué auprès de leur clientèle. Pour le boîtes de nuit il en va autrement.

 

Continuez Monsieur Macron à fermer les yeux sur la réalité et surtout ne changez rien à votre ligne de conduite en misant tout sur la passe-sanitaire bien que ce ne soit pas efficace dans certains lieux comme le relate le Midi libre je 06 juillet 2021 : « 165 des 600 clients présents dans une discothèque néerlandaise dans la nuit du samedi 3 au dimanche 4 juillet se sont révélés positifs au coronavirus alors qu’ils avaient présenté un test de dépistage négatif à l’entrée. L’épisode remet en cause la fiabilité de l’utilisation de cette méthode pour enrayer la propagation du Covid-19, en vigueur aux Pays-Bas mais aussi en France, notamment. » Peut-être faudrait-il un peu plus de rigueur et ne délivrer le pass sanitaire qu’aux personnes ayant une vaccination complète (deux doses pour la plupart des vaccins).

 

Il faut parfois, notamment dans des situations de crise, abandonner la politique marketing pour mettre en place une politique qui fasse du politique au sens où Paul Ricoeur décrivait le politique : le politique est ce qui s’occupe de bienêtre et de bien commun. Cela nécessite du courage, du courage politique. Le courage politique, ce dont vous êtes dépourvu et il ne faut pas confondre stratégie de communication, louvoiement et manigance avec courage, le courage politique aurait consisté à mieux organiser la vaccination dès décembre 2020, peut-être à la rendre obligatoire ; mais en avait-on les moyens matériels contrairement à ce que vous claironnez. Avoir du courage politique s’eût été de ne pas céder aux sirènes du monde de la finance tout en entendant le besoin de la mise en place d’une nouvelle « l’économie » en  limitant les entrées et les sorties de l’hexagone national, en modérant l’ouverture des lieux festifs clos (théâtres, cinémas, salles de concert…) et des restaurants et bars en maintenant un couvre-feu à 23 heures (ou 24h), ne pas autoriser la réouverture sans une meilleure réflexion les boîtes de nuit et exercer une vigilance drastique. Avoir du courage politique c’est aussi anticiper les évolutions nécessaires de la société en inventant, par exemple, de nouvelles formes de pratiques du tourisme… Avoir du courage politique aurait voulu qu’on ne se limite pas à décider, bien tardivement au cours d’un G7 à envoyer quelques doses aux pas en développement notamment pour la France les doses du vaccin Astra-Zénéca dont les Français ne veulent plus par suite d’une communication désastreuse de la part des gouvernants. Avoir du courage politique aurait consisté à prendre en considération les avertissements de l’OMS qui mettait en gade contre une levée trop large et trop rapide des mesures sanitaires y compris dans des pays avec un taux de vaccination élevé (Israël en est un exemple). L’organisation indiquait : « Assumer que le taux d’infection ne va pas augmenter à cause des vaccins est une erreur », « En raison de l’évolution rapide des variants et de l’inégalité choquante en matière de vaccination, beaucoup trop de pays dans toutes les régions du monde connaissent une forte augmentation des cas et des hospitalisations ». Plus de 24 pays ont aujourd’hui des courbes épidémiques quasi verticales, et nous ferions comme s’il n’y avait pas de passage d’un pays à l’autre, pas d’immigration, pas de voyageur, pas de touriste…Faute de ce courage combien de malades (de la Covid ou faute d’avoir eu accès à l’hôpital) à venir, combien de morts prématurées, combien de malades des suites de la Covid dans les années à venir. Faute de courage politique et en raisons, entre autres, d’une communication débridée combien d’approximation dans les décisions, combien d’incohérence dans les discours, et combien cela a engendré de perte de confiance chez les citoyens quand il ne s’agit pas de rejet des gouvernants. Avoir du courage politique c’est prendre le risque d’être impopulaire, donc celui de ne pas être réélu.

 

À coup sûr Monsieur Macron, le virus s’était arrêté, en avril et mai 2021, aux frontières de la France dont combien d’habitants mourront dans les mois à venir du fait de votre orgueil et de celui de bien des médecins médiatiques, de l’individualisme de la plupart de ses habitants plus attachés à la satisfaction de leur plaisir qu’à la vie des autres, et en raison de la bêtise de vos affidés et de votre ego narcissique ! à coup sûr vous resterez dans l’Histoire, les livres d’histoire vous feront une place, mais avec quelle image ?

 

 

18 Jul 2021

Poitiers : les écolos décident de l’histoire 14/07/2021

Il y a quelques semaines Madame la Maire annonçait que désormais « les enfants ne doivent plus rêver d’aérien », aujourd’hui la municipalité écologiste de Poitiers s’en prend à l’histoire de notre pays et de la ville de Poitiers.

 

Lundi 5 juin le conseil municipal de Poitiers a proposé de changer la dénomination « jardin des droits de l’homme » en « jardin des droits humains ». Ce jardin qui relie la Maison du tourisme à la médiathèque de Poitiers avait été dénommé jardin des droits de l’homme par le conseil municipal en novembre 1998 dans le cadre de la commémoration de la déclaration universelle des droits de l’homme. Cette dénomination s’inscrit donc dans une double histoire : celle propre de la déclaration universelle des droits de l’homme, et celle de la ville de Poitiers. L’actuelle municipalité élue il y a un an, un peu par hasard et beaucoup grâce à l’abstention, s’appuie sur une recommandation du Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes qui préconise de remplacer la dénomination « droits de l’homme » par « droits humains » dans une démarche qui se veut antidiscriminatoire.

 

L’actuelle municipalité de Poitiers en prenant comme argument majeur et structurant de sa démarche l’avis du conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes fait l’impasse sur le fait que le Haut Conseil à l’égalité entre les femmes et les hommes n’est qu’une instance consultative et ne fait qu’émettre des avis. Un avis n’a rien d’impératif. Il était bon au regard de cet avis et du désir de la municipalité de changer la dénomination de ce jardin de consulter la population, cette consultation eut été d’autant apprécié que la municipalité écologiste de Poitiers insiste beaucoup sur sa volonté d’installer une démocratie participative. Alors une consultation aurait été la bienvenue d’autant qu’elle était facile à mettre en place puisque la mairie dans le cadre de la communauté de communes dispose d’une plateforme de consultation fonctionne bien et qu’elle a consulté la population de Poitiers à propos de l’installation d’une voie cyclable sur une grande artère de la ville. À propos de cette consultation un journaliste d’un hebdomadaire local : « 7 info » (n°528 du 6 juillet), faisait remarquer à Madame la Maire que le résultat de cette consultation ayant été mitigé la municipalité a persisté dans son choix. Madame la Maire rappelle alors qu’une consultation n’est pas un référendum et que son résultat n’a pas force de décision. Dans cette interview concernant cette voie cyclable Madame la Maire conclue : « il y a eu une part de consultation et une part de décision politique. » Dans le cas du changement de dénomination du « jardin des droits de l’homme » il n’y a eu qu’un diktat politique. Sur cette question la municipalité de Poitiers considère que l’affaire est faite et qu’il n’y a pas de débat à avoir.

 

La concertation aurait été d’autant plus salutaire que sur le fond du passage de droits de l’homme à droits humains il y a besoin aujourd’hui d’un débat de fond au regard de l’évolution de la société et de ses valeurs autant qu’il est nécessaire de s’interroger sur savoir si d’utiliser « droit humains » à la place de « droits de l’homme » va réellement faire avancer la cause de l’égalité entre les femmes et les hommes ? Il est vrai que le débat ne date pas d’aujourd’hui puisque déjà Olympe de Gouges dans sa « déclaration des droits de la femme et de la citoyenne » adressée à Marie Antoinette écrivait : « Homme, es-tu capable d’être justes ? C’est une femme qui est en fait la question ; tu ne lui ôteras pas du moins ce droit. Dis-moi ? Qui t’a donné le souverain empire d’opprimer mon sexe ? Ta force ? Tes talents ? Observe le créateur dans sa sagesse ; parcourt la nature dans toute sa grandeur, dont tu sembles vouloir te rapprocher, et donne-moi, si tu l’oses, l’exemple de cet empire tyrannique. » […] « Ô femme ! femme, quand cesserez-vous d’être aveugle ? Quels sont les avantages que vous avez recueillis dans la révolution ? » Dans ses écrits Olympe de Gouges ne fusionne pas droits de l’homme et droits humains. Elle aurait pu le faire d’autant que ses écrits embrassent un champ social vaste dont la lutte contre l’esclavage, ce qui la mettrait plutôt au panthéon des défenseurs de l’humanité. Mais l’histoire s’est écrite autrement. La question de l’égalité entre les femmes et les hommes est donc une question ancienne qui a évolué au rythme des vicissitudes de l’histoire et de ses vicissitudes propres. Pour autant, une fois encore, il est exceptionnel, sauf depuis une époque récente, qu’il soit demandé l’effacement de la dénomination droits de l’homme pour la remplacer par droits humains. C’est donc cette histoire qu’il faut questionner aujourd’hui comme fondatrice de toute action, car nier cette histoire, vouloir la rayer d’un trait d’arrêté municipal ne peut qu’entraîner des clivages déjà si nombreux dans la société. Prendre une décision comme l’a fait le conseil municipal de Poitiers de façon péremptoire, abrupte et sans concertation c’est prendre le risque de clivages sociaux, de repliements communautaires et partisans. C’est aussi nier l’identité d’une partie de la population.

 

Une société procède de son histoire. Ici cette histoire est d’abord celle qu’on vient de retracer rapidement au sein d’une humanité en mouvement, notamment en France où il y eut les Lumières et la Révolution. Ainsi, en 1789, fut promulguée, en France et seulement en France, une Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. Au sortir de la 2nde guerre mondiale sous l’égide des Nations Unies naissantes il apparut nécessaire d’étendre cette déclaration à l’ensemble du monde, C’est ainsi que naquit en 1948 la « déclaration universelle des droits de l’homme ». C’est cette déclaration que commémorèrent les habitants de Poitiers en 1998. Cette commémoration s’inscrivait dans cette histoire ancienne issue de la Révolution et dans l’histoire plus récente de la 2nde guerre mondiale et de ces atrocités : on commémorait ensemble l’avènement des droits de l’homme et la fin de la 2nde guerre mondiale, dans un désir profond de restituer l’humanité dans l’homme et l’homme dans l’humanité. Est-ce pour autant que les femmes, si nombreuses dans la résistance, étaient exclues de la pensée des élus de 1998 ? L’étaient-elles de la pensée des gouvernants en 1948 ?

 

Rayer ces deux moments de l’histoire d’un trait de plume c’est renier à une partie de la population le droit à son histoire, c’est imposer le diktat d’un groupuscule idéologisé qui abuse de ses fonctions électives pour contraindre et soumettre une partie de sa population. Or, comme l’écrivait Angela Davis dans « Blues et féminisme noir » : « Le pouvoir esclavagiste a tout fait pour éteindre la mémoire collective du peuple noir, afin de le maintenir dans une infériorité sociale. […] « Le pouvoir de l’esclavage reposait sur un déni de toutes les qualités humaines des esclaves. » […] « Le peuple noir avait une incroyable et terrible histoire à raconter, mais la répression et la censure lui interdisaient de l’exprimer explicitement. » Nos aïeux, nos mères et nos pères, ont vécu cette histoire, elle est la leur mais elle est aussi la nôtre car nous sommes, individuellement et collectivement, dépositaires de cette mémoire. L’Histoire, quelle qu’elle soit, est la colonne vertébrale d’une société avec ses imperfections : scoliose et cyphose. Mais, sans elle, que devient une société ? Que nos enfants veuillent la gommer montre leur ignorance ou le rejet de cette histoire et de la société qui l’héberge, de l’histoire de l’humanité au risque d’être « sans histoire ».

 

Peut-être les élus du groupe majoritaire de la municipalité de Poitiers sortiront de leur idéologie de bobos-nunuches et se rendront compte que ce n’est pas le changement de nom sur une plaque de rue, ni trois fleurs dans une rue qui font l’écologie et la démocratie participative. Peut-être prendront-ils conscience qu’on ne change pas la société par des oukases, sans soumettre les questions sociétales à la concertation. La concertation est indispensable à la conduite du changement. Et, qu’à n’avoir pas d’histoire ou à renier son histoire il advient ce qu’écrivait Rachid Benzine (romancier marocain) : « Faute d’histoire, on raconte des histoires et ça finit par faire des histoires. »

18 Jul 2021

À table pour la fête

Je craignais de m’éloigner trop de la thématique de ce blog en écrivant un billet parlant de repas, de nourriture, de fête. Mais Paul Ariès vint à mon secours lorsqu’il écrivait dans Sciences Humaines (juin 2021) : « Parce que la table et le politique s’entremêlent en permanence. L’alimentation est affaire de partage et de règles ; c’est un lieu où se définissent les amis et les ennemis. Les stocks alimentaires et le feu pour la cuisson ont probablement été les premiers biens communs de l’humanité. La politique est née par l’alimentation. »

 

Ainsi, puisque nous sommes en été, que les moissons arrivent à leur terme, qu’après des confinements nous aspirons à faire la fête, à nous retrouver entre amis, renouant avec mes écrits anciens du temps où je signais mes livres Jean-Jacques de Corcelles, j’ai souhaité inviter le lecteur en lui faisant partager un extrait de mon livre « Cuisine et fêtes dans les Alpes du sud ». Je ne présenterai ici que la partie consacrée aux fêtes agraires dont la plupart avaient lieu entre les mois de juin et de septembre, et je n’ai extrait que quelques recettes les plus estivales.

 

 

Les fêtes agraires : la reboule

 

 

Si plueu lou djourt de St-Victor

La recolto n'es pas d'or

(s'il pleut le jour de la Saint-Victor,

la récolte n'est pas d'or)

 

 

Elles sont amplement rythmées par les saisons, mais sont-elles de véritables fêtes ? Nous regrouperons dans ce chapitre tous ces "gros repas" pris à l'occasion de la fin des travaux de la ferme : la moisson, la fenaison, les vendanges mais aussi "la fête du cochon" et la cuisson du pain.

 

Les travaux de la ferme, à une époque où la mécanisation n'existait pas, faisaient appel à une main d'œuvre nombreuse. On a pu l'évoquer lorsque nous avons, au premier chapitre, parlé de l'émigration des Hauts-Provençaux. À cette main d'œuvre particulière s'ajoutait celle des voisins et amis car il s'agissait, en règle générale, de faire vite pour ne pas risquer de voir la récolte endommagée par les caprices du ciel. Imaginez-vous ce qu'il aurait résulté d'une fenaison, ou pire d'une moisson, gâchée par la pluie ? Plus de nourriture pour les animaux durant l'hiver, pas de pain, sauf à racheter du grain, pour les hommes. La fenaison requiert moins de main-d’œuvre que la moisson qui faisait appel à de nombreuses "sauques", ces équipes, nous dit Jean Vandenhove "de trois travailleurs avec la faucille, il y a deux coupeurs et un lieur ; avec la faux on a un coupeur, un assembleur et une lieuse". Puis venait le battage. Autant de travaux très pénibles pour lesquels il fallait à la fois nourrir et remercier ces valeureux travailleurs.

La nourriture devait être consistante pour leur permettre de résister à l'effort et de qualité pour qu'ils ne rechignent point au travail ; aurait-elle était de basse qualité qu'on aurait pu penser que le propriétaire avait quelque parti lié avec Harpagon.

Une fois les travaux achevés tous se réunissaient, avec les amis de la famille, autour d'un repas pantagruélique : la reboule où l'on servait moultes volailles, celles-ci étant le symbole de la reconnaissance.

 

 

 

Poulet au thym

1 poulet

350 g de poitrine de porc

Thym,

Huile d'olive

Sel et poivre

Ficelle à cuisiner

 

Découper le poulet en morceaux, saler et poivrer

Rouler les morceaux dans le thym haché, veiller à ce que le thym adhère bien à la viande

Entourer chaque morceau de poulet dans une tranche de poitrine et ficeler

Disposer sur un plat allant au four, arroser avec un peu d'huile

Faire cuire à four chaud pendant 30 minutes au moins

Le meilleur est de mettre les morceaux de poulet sur un gril pendant une vingtaine de minutes.

 

 

Poulet aux olives

1 poulet débité en morceaux

150g de petit salé

2 gousses d'ail

1 échalote

20cl de vin blanc

100g d'olives noires

Thym, laurier

Sel, poivre

Huile d'olive

 

Faire revenir le petit salé découpé en bâtonnets dans une cocotte avec un peu d'huile d'olive

Le retirer et à sa place faire revenir les morceaux de poulet puis les retirer

Faire revenir l'échalote et l'ail hachées

Verser le vin blanc et ajouter le thym et le laurier

Saler et poivre, laisser cuire 30 minutes

Remettre le poulet et les lardons dans cette préparation,

Ajouter les olives,

Vérifier la cuisson du poulet et servir.

 

 

Gratin d'aubergines

500g d'aubergines

6 belles tomates

10cl de crème fraîche épaisse

Un peu d'huile d'olive

Sel et poivre

Gruyère râpé

 

Laver les aubergines et les couper dans le sens de la longueur en tranches fines, saler et poivrer des deux côtés

Mettre à chauffer l'huile dans une grande poêle

Y faire cuire les tranches d'aubergine des deux côtés qui doivent être grillés

Pendant la cuisson des aubergines, couper les tomates en morceaux, saler et poivrer légèrement, et les faire cuire à feu vif environ 5 minutes, les morceaux doivent rester entiers

Disposer les aubergines dans un plat allant au four

Verser la tomate dessus puis la crème légèrement fouettée avec un peu de poivre

Recouvrir de gruyère râpé

Mettre à four moyen pendant 20 minutes

 

 

Artichauts à la barigoule

4 artichauts

125g de lard maigre

1 gousse d'ail

1 échalote

Persil

1 feuille de laurier

Huile d'olive

Sel et poivre

 

Couper les queues et les premières feuilles du tour des artichauts

Enlever le tiers supérieur des artichauts

Enlever le foin en écartant les feuilles

Laver précautionneusement les artichauts

Hacher très finement l'ail, l'échalote, le persil et le lard

Garnir l'intérieur des artichauts avec cette préparation

Disposer, fond vers le bas, les artichauts dans une cocotte avec un peu d'huile d'olive

Saler et poivrer, mettre la feuille de laurier

Cuire pendant 1 heure en laissant le couvercle sur la cocotte et en arrosant avec le jus de temps en temps

Les artichauts sont cuits quand les feuilles se détachent sans difficulté.

 

 

Gratin de courgettes

1 kg de courgettes

250g de tomates

500g de farce de viande

1 oeuf

Huile d'olive

Sel et poivre

 

Laver et éplucher les courgettes

Dans une poêle huilée faire saisir les courgettes coupées en rondelles

Y mélanger la farce, saler et poivrer, et laisser mijoter 20 minutes

Disposer cette préparation dans un plat allant au four

Recouvrir avec les tomates coupées en rondelles

Mettre à four moyen pendant 30 minutes

On peut consommer chaud ou froid

 

 

Macarons

500g d'amandes

1kg de sucre

6 blancs d’œufs qu'il ne faut pas monter en neige

 

Piler les amandes dans un mortier ou les hacher

Travailler la poudre d'amande avec le sucre par petites quantités en 5 à 6 fois en retirant du mortier ce qui a déjà été travaillé

Tamiser et remettre dans le mortier

Ajouter les blancs d’œufs et bien mélanger

Dresser de petits tas sur un papier sulfurisé et mettre à four assez chaud pendant 10 à 15 minutes.

25 Apr 2021

François, Emmanuel, les autres et les grenouilles.

Les convictions sont des ennemis de la vérité

plus dangereux que les mensonges.

Friedrich NIETZSCHE

 

 

Conclusion d’un livre, relatif à l’Affaire Fillon, à paraître prochainement.

 

 

Je pensais que je terminerais ce livre alors que l’épilogue de l’Affaire Fillon venait d’être écrit par les juges. Le 19 avril 2019, deux ans après la mise en examen de François Fillon, les juges suivant la réquisition du Parquet National Financier venaient de renvoyer François Fillon et son épouse devant un tribunal. Une ordonnance de renvoi qui arrivait à point nommé pour soulager les élections européennes de la pesanteur qui s’abattait sur elle cette année plus que de coutume ; une ordonnance dont, vraisemblablement, le pouvoir et le président de la République espéraient que la presse la mettrait à son agenda détournant ainsi le regard des citoyens des turpitudes gestionnaires d’un pouvoir qui n’en finissait pas de ne pas pouvoir régler une des pires crises sociales qu’a connues la France, en tout cas la plus longue : déjà six mois au moment où je rédigeait ces lignes.

 

La fin de l’histoire appartient donc, pour une large part, aux magistrats qui ont condamné les époux Fillon. Dès lors nous sommes dans une sorte d’entre deux puisque les époux Fillon se sont pourvus en appel, que celui‑ci devrait aboutir en novembre 2021 pour sans doute ouvrir vers un recourt en cassation… Mais, la fin quelle qu’elle soit n’intéresse que François Fillon et son épouse, le citoyen a tranché depuis 2017. François Fillon a subitement été regardé comme étant l’archétype des politiciens, tricheurs, menteurs, abusant de leur pouvoir pour servir leurs intérêts personnels. À travers lui les citoyens allaient régler leurs contentieux avec une classe politique qui se dessine autour de ses privilèges et trop souvent mue par des convictions seulement économiques et nettement antisociales. L’Affaire Fillon mettait sur le devant de la scène politique ce que Joan Tronto nomme « l’irresponsabilité des privilégiés ». Voilà que le public posait une question de fond : quelles vulnérabilités comptent, quelles autres sont indifférentes ? Après des décennies d’une République où la cause de l’Humain n’a que rarement occupé le devant de la pensée politique, et au bout de cinq ans d’un mandat dans l’ensemble lamentable où les politiciens se trouvaient unis autour des commémorations et des pleurnicheries de tous genres, après cinq ans où contrairement à ce qui avait été promis aucun membre du gouvernement ne s’est vraiment battus pour défendre ceux qui se trouvent dans une « crise de vulnérabilité », François Fillon a payé comme jadis Louis XVI pour l’ensemble des privilégiés. Quelques semaines après le déclenchement de l’Affaire Fillon, François Hollande sacrifia (le 21 mars 2017) Bruno Le Roux sur l’autel de la morale. Ils ne seront pas les derniers de « l’ancien monde » à devoir rendre compte ; malheureusement après mai 2017 l’actualité montre que « le nouveau monde » n’a pas renoncé aux démons de la caste des privilégiés mais il sait mieux protéger ses affidés, à moins que le public ne se soit pas encore rendu compte de ce qu’ils sont et de ce qu’est ce « nouveau monde ». Peut‑on alors penser que le fumier de la République permettrait à la Démocratie de croître ?

 

Car c’est à cette conclusion que nous sommes invités par le discours a posteriori des journalistes. Sans les médias de telles affaires resteraient cachées et nous prendrions alors le risque de laisser des gens peu honnêtes (financièrement et/ou intellectuellement ?) accéder aux plus hautes fonctions. Depuis que la presse et le journalisme existent des affaires comme celle-ci couvrent les pages des journaux et occupent les écrans, font tomber des politiciens. Certains refont surface, d’autres ‑comme c’est le cas pour F. Fillon‑ abandonnent la politique. La République et la Démocratie s'améliorent-elles pour autant ? Dans cette affaire ce n’est pas tant la dénonciation de ce qu’a fait F. Fillon qui importe, c’est le moment où les journaux ont œuvré et la façon dont ils l’ont fait, et les conséquences pour la Démocratie.

 

Patrice Drouelle rappelle dans l’émission de France Inter le 18 juillet 2018 « La Veste », que dès le lendemain de la primaire à droite les sondages étaient de moins en moins favorables à F. Fillon, qu’un sondage IPSOS de décembre 2016 montrait que 61% des Français ne souhaitaient pas qu’il soit président de la République. Il serait donc faux d’affirmer avec certitude que le traitement médiatique de l’Affaire Fillon a écarté le candidat Fillon, en revanche il a mis fin à sa carrière politique. Mais ce n’est que l’histoire d’un homme ; une histoire dont l’Histoire est pleine et qui se renouvelle sans cesse comme si rien ne pouvait arrêter ce processus. Le nouveau monde contribue largement à entretenir le foyer du « privilège » avec, entre autres, l’affaire Ferrand, l’affaire Kohler, l’affaire Benalla, l’affaire Dussop, l’affaire Darmanin, une enquête concernant Jean Castex que le procureur interrompt bien opportunément quand J. Castex[1] est nommé Premier Ministre, et d’autres. Justement à propos de l’affaire Benalla pour laquelle l’attitude de la presse a été similaire à celle durant l’affaire Fillon en mettant en place ce que certains ont appelé un feuilletonnage, il convient de s’interroger sur le poids et l'usage de la médiatisation. Est‑ce que la médiatisation est utile à la vie démocratique ? Force est aussi de constater l’absence de « feuilletonnage », par exemple, de l’affaire Ferrand qui vit en sourdine d’un tribunal à l’autre et loin de la vue de l’opinion publique, loin des citoyens qui vont bientôt (en juin 2021) être appelés à voter pour les élections régionales et départementales.

 

Pourtant dans le cas des affaires Fillon et Benalla, mis à part le travail de certains médias de la presse écrite, la médiatisation n’a rien apporté au-delà d’avoir noyé le public sous des informations rarement reliées entre elles et surtout sans apporter d’analyse exhaustive ni de comparaison. Alors, le public haletant dans l’attente de l’épisode suivant est resté sans réaction particulière : Fillon a obtenu 20% des suffrages au premier tour de l’élection présidentielle, personne n’a exigé que le président Macron rende des comptes à propos de la façon dont il a protégé Alexandre Benalla et vraisemblablement continue de la faire de façon indirecte. On peut alors se demander si un excès de médiatisation ne serait pas néfaste à la démocratie ? Quand les institutions judiciaires emboîtent le pas des journalistes la démocratie se fige dans un bain où la malveillance et la propagande l’emportent sur la concorde ; il ne s’agit plus de rassembler, il faut diviser voire détruire. Là encore, demandons‑nous à qui profite le crime ?

 

Dans l’Affaire Fillon qui pouvait tirer avantage à ce que le public, telle la grenouille, soit baigné dans une eau dont la température augmentant petit à petit allait l’hypnotiser et lui enlever tout libre arbitre. Il est manifeste qu’ils sont nombreux à pouvoir être incriminés comme étant susceptibles de tirer avantage de la chute de F. Fillon, comme par exemples ceux, membres du parti Les Républicains, qui ont quitté le navire et sont devenus ministres du vainqueur et qui avaient la capacité de fournir ou de faires fournir des informations à la presse. La liste pourrait s’allonger jusqu’à un infini que seules bornent les jalousies, les rancœurs, l’amertume des échecs, l'orgueil et l’égocentrisme notamment parmi le parti auquel appartenait F. Fillon mais aussi dans d’autres partis. Peut-être que le vainqueur de l'élection, lui-même, a pu jouer un rôle auprès de la presse. Cet inconnu en politique (ou presque), sorti du chapeau du monde de la finance, qui renie ceux qui lui ont ouvert les portes de l’Olympe, savait que la France ne voterait vraisemblablement pas pour Marine Le Pen et donc n’avait plus qu’un adversaire solide en janvier 2017 : François Fillon. Emmanuel Macron et ses sbires venus du monde de la communication étaient capables de mettre en place une campagne marketing comme ils l’avaient appris dans les écrits d’Edward Bernays l’inventeur du marketing mais aussi de la propagande politique. En outre Bernays sévissait dans les années 1930, une période à laquelle E. Macron a souvent fait référence pour évoquer les faiblesses et l’état de la France. Pour autant, être capable de faire quelque chose ne veut pas dire qu’on le fait.

 

La médiatisation peut avoir un effet malveillant, délétère, surtout dans un pays comme le nôtre où il n’y a plus (ou presque) de presse militante et engagée, où les journalistes sont dans le consensus (ce qui n’est pas la soumission, pas encore), le conformisme ou la théâtralisation des faits. Ici, aujourd’hui, on privilégie le sensationnel au détriment de l’analyse, on cherche avant tout à conquérir l’audimat et des parts de marché. Alors, la collusion d’opportunité de la presse et de la justice donne à la médiatisation le rôle de l’eau qui chauffe et cuit lentement la grenouille, il s’agit de préparer les cerveaux pour recevoir … qui ? C’est peut-être par‑là désormais que passe la victoire en politique : le débordement d’images qui enferment, qui hypnotisent, car comme l’ont montré les travaux de sociologie de la réception les publics, même les moins diplômés, ne sont jamais des récepteurs passifs ; comme je l’ai écrit plus haut, citant Erik Neveu et Pierre Bourdieu, ils savent aussi filtrer et récuser des programmes et, surtout, chacun peut pour un même reportage comme pour un programme électoral y voir des choses différentes (d’ailleurs c’est peut‑être ça le « en même temps »). Alors, il faut créer une image ou une vedette qui fait figure de modèle, de phare, d’aimant qui attire vers et détourne du reste comme, par analogie, avec ce qu’écrivait Guy Debord[2] : « En concentrant en elle l’image d’un rôle possible, la vedette, la représentation spectaculaire de l’homme vivant, concentre donc cette banalité. La condition de vedette et la spécialisation du vécu apparent, l’objet de l’identification à la vie apparente sans profondeur, qui doit compenser l’émiettement des spécialisations productives effectivement vécues. Les vedettes existent pour figurer des types variés de style de vie et de style de compréhension de la société, libre de s’exercer globalement. Elles incarnent le résultat inaccessible du travail social, en mimant des sous-produits de ce travail qui sont magiquement transférés au-dessus de lui comme son but : le pouvoir et les vacances, la décision et de consommations qui sont au commencement et à la fin d’un processus indiscuté. Là, c’est le pouvoir gouvernemental qui se personnalise en pseudo vedette ; ici c’est la vedette de la consommation qui se fait plébisciter en tant que pseudo pouvoir sur le vécu. » De cela, indéniablement, les politiciens en jouent voire en surjouent notamment dans ce nouveau cadre de la vie politique où ont émergés La France Insoumise et En Marche, le mouvement des Gilets Jaunes qui lui n’a pas su en jouer ou qu’il en ait été empêché. Toutefois cette pratique politique, donc aussi sociale, n’est pas propice à rassembler comme le montre l’analyse de Charles Hadji[3] dont l’article évoque en les comparant deux hypothèses pour la médiatisation : une médiatisation bienvenue, à l’origine d’une onde de choc salutaire versus une médiatisation malsaine, à l’origine d’un moment sombre pour la démocratie parlementaire.

 

Manifestement la surmédiatisation de l’Affaire Fillon n’a provoqué aucun choc salutaire ni pour la République ni pour la Démocratie, pas plus que pour la vie « politicienne » du pays. Nous pourrions parler de véritable choc si F. Fillon avait été battu à plates coutures avec un score ne dépassant pas 10%, et si la vie politique se présentait aujourd’hui apurée de tous les privilèges et les scandales qui l’accompagnent, ce qui n’est pas le cas, bien au contraire. Le président de la République se présente, chaque jour un peu plus depuis sa démonstration d’investiture au pied de la Pyramide du Louvre en mai 2017, comme un monarque au sein d’une monarchie absolue. Il suffit d’entendre ses propos vis à vis des plus humbles, des moins riches des Françaises et des Français, d’observer la façon dont il protège ses partisans quand ils sont dans le collimateur de la justice même s’il s’agit d’affaires de mœurs, et de constater la façon dont il tient les élus locaux à l’écart de la gestion du pays (notamment dans la stratégie de lutte contre la pandémie de CoviD). Cependant la surmédiatisation de l’Affaire Fillon peut avoir entraîné la survenue d’un moment sombre pour la démocratie dans la mesure où elle a conduit à une nouvelle bipolarisation de la vie politique. En même temps qu’E. Macron se faisait élire pour balayer d’un revers de principe le clivage traditionnel droite‑gauche, il installait, par stratégie électoraliste, un nouveau clivage, sans doute porteur à long terme, de plus de danger : le duel Macron-Marine Le Pen. D’un clivage idéologique nous sommes passés à un duel de personnages. La presse, les médias, les journalistes ont largement contribué à l’émergence de cette situation par leurs pratiques. Cela amenait, à propos de l'affaire Benalla, Charles Hadji[4] à s’interroger de la façon suivante sur le rôle de la médiatisation : « Ce qui est en jeu est alors le poids et l’usage de la médiatisation. Dans quelles conditions la médiatisation est-elle utile à la vie démocratique ? La République peut mourir d’une médiatisation incontrôlée et malveillante (voire : contrôlée à des fins malveillantes !). Les médias ne devraient pas avoir le désir d’instruire des procès plutôt que d’informer. Les institutions ne devraient pas permettre qu’une médiatisation orientée et excessive vienne perturber, sinon empêcher, voire pervertir, leur jeu. » Dans le cas de l’Affaire Fillon non seulement les institutions ne sont pas intervenues pour rappeler le cadre électoral et les limites du rôle de chacun, mais sans doute ont-elles accompagné et renforcé le processus délétère par leur inaction (pouvait-on attendre une intervention de François Hollande ?) et par la liberté d’action (opportunément bienvenue) de la Justice à travers le Parquet National Financier  dont il faut rappeler toute en la soulignant particulièrement la rapidité de sa réaction et de son intervention dans cette affaire. Et, pour certains, membres de « l’institution politicienne », Il fallait montrer que les autres candidats étaient, représentants de l'ancien monde, supposés pourris et ringards, qu'ils portaient en eux les fautes génératrices de la défaillance de la France comme souhaitait l’entendre une partie des électeurs aux yeux desquels il fallait donc éliminer « les anciens » et créer un nouveau monde, pur comme l'Eden où devait siéger un Jupiter[5], jeune, angélique…, ni Vals, ni Hamon n’ont réussi à endosser ce rôle mais ils étaient déjà vieux en politique ; Macron y est d’autant mieux parvenu que le rôle a bien pu être écrit pour lui.

 

Finalement, dans cette « Affaire », mais comme dans tellement d'autres même anodines, les médias se sont comportés comme des enquêteurs de police judiciaires puis de fait en juges. La police n’a plus eu qu’à coudre l’ourlet du « vêtement » (la veste) et la justice à le repasser puis à l’exposer sur un cintre. Ainsi, la Démocratie ne sort pas grandie car la haine s’est montrée vive et tenace, continuant jusqu’à ce jour et sans doute ne disparaissant pas voire étant entretenu par un duel de personnages. Citons Spinoza : « Tout ce qui tend à réunir les hommes en société, en d’autres termes tout ce qui les fait vivre dans la concorde, est utile, et au contraire, tout ce qui introduit la discorde dans la cité est mauvais » (Éthique, IV, proposition 40).

 

Les citoyens, par manque de vigilance et surtout d’engagement, se sont laissés voler leur vote en sacrifiant leur libre arbitre à l’intérêt médiatico-politicien de la même façon que les grenouilles sacrifient leur vie à l’intérêt de celui qui fait bouillir l’eau du bain, confirmant bien ce qu’écrivait la philosophe Simone Weil : « Le public se défie des journaux, mais sa défiance ne le protège pas ». Pour autant, sans la presse point de démocratie comme l’écrit Guy Bajoit[6] : « La presse écrite a toujours joué un rôle essentiel dans le fonctionnement de la démocratie. Mais aujourd’hui, la télévision vient renforcer prodigieusement ce rôle : comme la langue d’Esope, elle est la meilleure et la pire des choses. D’un côté, elle est le moyen par excellence de l’aliénation et de la séduction culturelle, elle vit des scandales qu’elle dénonce et dégoûte les citoyens de la politique ; de l'autre, elle est le meilleur canal de contrôle dont ils disposent et la plus sûre gardienne de la démocratie. »

 

Nous ne saurons jamais, sauf miracle de la recherche en histoire, qui a véritablement eu l’idée de cette histoire : l’Affaire Fillon. Nous ne saurons pas non plus qui l’a véritablement composée au fil des jours. Tout au plus nous pouvons émettre quelques hypothèses pour une recherche future et une réflexion présente. Une chose, cependant, est certaines : nombreux étaient ceux qui, pour diverses raisons, avaient intérêt ou satisfaction à voir abattre François Fillon. Certains ont été actifs comme Robert Bourgi alors que d’autres ont sans doute laissé faire comme Nicolas Sarkosy lorsque Bourgi lui a annoncé son intention, en fut-il de même d’Emmanuel Macron qui ne pouvait pas ne pas être informé.

 

Il reste aux citoyens à être autre et autrement que les grenouilles de l’histoire face à des politiciens dont, réécrivons‑le, Dominique Bourg[7] dit : « De manière générale, ce qui semble caractériser la connerie politique est donc la réticence à considérer les changements profonds qui ont affecté nos sociétés depuis des décennies. » Mais, peut-être faut‑il étendre la remarque de Dominique Bourg aux citoyens, du moins à certains : voient-ils combien la société a évolué et, par conséquent, qu’il faut faire évoluer les modes de choix électoraux. Sans doute, aussi, faut-il appliquer la remarque de Dominique Bourg aux journalistes et plus particulièrement à ceux des chaînes d’information en continu qui sont devenus exclaves du factuel, rejetant l’évènement en tant qu’il fait histoire puisque nous y sommes impliqués, au moins de façon passive, au loin de toute analyse et de tout débat, mais l’information et la société sont passés à un temps de commentaire et de la métrologie. L’expert l’emporte sur l’analyste, le chiffre l’emporte sur la raison. Comme l’écrit Jean-Philippe Pierron[8] : « Les fétichistes du fait ne questionnent pas, ou plus, le regard porté sur ces faits. »

 

Quel regard les citoyens ont-ils porté sur cette Affaire Fillon ? Qui s’est préoccupé de le savoir ? Qui en tirera des leçons pour l’avenir ? Pas les journalistes, du moins dans leur majorité, qui comme Isabelle Barré pensent que leur travail aura permis de renforcer la démocratie, ni les politiciens qui croient que cette Affaire comme l’Affaire Cahuzac ont apuré la politique et renforcer le lien entre politiciens et citoyens. Que nenni, le « Nouveau monde » ressemble étrangement à l’ancien et les pratiques politiques n’ont pas changé quand elles ne sont pas un retour à l’Ancien régime et aux privilèges.

 

L’avenir est, comme toujours, dans les mains des citoyens.

 

 

[1] Antton Rouget, Une enquête embarrassante pour Jean Castex a été stoppée juste après sa nomination à Matignon, Médiapart, 24 août 2020.

[2] Guy Debord, La société du spectacle, folio, 1967, 1992.

[3] Charles Hadji, Affaire Benalla : pour la démocratie, un été meurtrier, The Conversation, 23 août 2018 ; http://theconversation.com/affaire-benalla-pour-la-democratie-un-ete-meurtrier-101163

[4] Ibd

[5] Fils de Saturne, Jupiter est le roi des dieux et des hommes et il correspond au Zeus des Grecs dont il a hérité des nombreuses légendes. Il figure dans la triade d'abord honorée sur le Quirinal, puis sur le Capitole, qui comprenait Jupiter, Junon son épouse et Minerve sa fille.  https://mythologica.fr/rome/jupiter.htm .

[6] Guy Bajoit, Le changement social, Armand Colin 2003.

[7] Dominique Bourg, Le déni soutenu de réalité, dans Psychologie de la connerie en politique, dir Jean-François Marmion, ed Sciences Humaines, 2020.

[8] Jean--Philippe Pierron, S’ouvrir à la crise ? La crise de la Covid819 comme ébranlement et occasion de faire histoire, dans L’éthique face à la crise, ed Seli Arslan,2021.

25 Oct 2020

Désir d’éduquer, désir de possession.

Je livre dans ce court article le texte (actualisé pour le rendre compréhensible) de l’exposé des préliminaires à un travail de recherche que je présentais en mai 1994 à l’Université Lyon2. Ce texte est donné aux lecteurs comme « matière à se questionner », peut-être reprendrai-je cette recherche un jour ?

« Là-bas... là-bas, il y avait des enfants, et je passais tout mon temps avec les enfants, rien qu'avec eux.[...] Ce n'est pas que je me sois occupé de leur instruction...[...][...peut-être les instruisais-je un peu, mais je passais plutôt mon temps avec eux,..[...] je n'avais besoin de rien autre. Je leur disais tout, je ne leur cachais rien. Leurs parents et leurs familles finirent par m'en vouloir tous, parce que, à la fin, les enfants ne pouvaient plus se passer de moi et étaient toujours autour de moi ; [...] J'en eux beaucoup, d'ennemis, à cause des enfants. [...] Et que craignaient-ils donc tellement ? » (L'Idiot, Fédor DOSTOIEVSKI).

Le Prince (l'Idiot) pose une question clé à l'issue de la narration qu'il fait de cet épisode de vie qu'il croisa, quatre ans durant, avec les enfants d'un village. Une question qui ouvre le regard sur la voie de la méfiance : un adulte si proche, trop proche, d'enfants n'est-il pas mû par de mauvaises intentions ? Soyons clairs, n'est-il pas pédophile ?

Cette question clé interroge aussi au regard de ce que pourrait être le désir d'éduquer. Tout éducateur n'est pas pédophile, fort heureusement, mais il en est qui parfois semblent mieux réussir et alors ceux-là pourraient se poser la question de l'Idiot : « Et que craignent-ils donc tellement ? » Ceux-là sont montrés du doigt comme Itard dont l'un des biographes est convaincu de son homosexualité, comme Ruyard Walton (thérapeute du personnage principal de « quand j'avais cinq ans je m'ai tué ») qui sont mis à l'index par l'institution, et dans la littérature nous pourrions en découvrir d'autres.

Quel est l'espace, ou la marge, qui pourrait exister entre la crainte des uns et le risque (la tentation ou la réalité) d'un passage à l'acte des autres ? Faut-il, sous prétexte qu'existe la pédophilie, suspecter tout éducateur qui se comporte différemment des autres avec les enfants ? Quelle va être la frontière entre la vigilance et l'interdiction aveugle ? Qu'elle est la marge entre « être autrement avec les enfants » et un passage à l'acte délictueux ?

C'est autour de ce faisceau, flou, de questions que s'installe la problématique d’un dossier élaboré durant mess études de psychologie (en 1994) : qu'elle distance y-a-t-il entre le désir d'éduquer et un désir de possession d'enfant, terme que je posais provisoirement ?

A quels concepts faire appel pour bâtir une hypothèse de recherche ?

Puisqu'il y a désir, il me semble que c'est avec celui de libido qu'il faut travailler puisque libido, en latin, signifie envie, désir. J'ai fait reposer mon analyse préliminaire de la problématique évoquée sur la définition que Freud donnait, en 1921, de la libido : « La libido est une expression empruntée à la théorie de l'affectivité. Nous appelons ainsi l'énergie, considérée comme grandeur quantitative -quoiqu'elle ne soit pas actuellement mesurable- de ces pulsions qui ont à faire avec tout ce que l'on peut comprendre sous le terme d'amour. »

Je ne donnais pas de définition de la libido lors de mon exposé, d'ailleurs en existe-t-il une, et il faut garder du suspens pour l'exposé. Mais, nous retiendrons que se rattachent à ce concept, notamment, les termes de pulsion, de sexualité, d'investissement et de contre‑investissement.

L'hypothèse, provisoire, que je posais, est qu'il y aurait un rapport entre le désir d'éduquer et la libido, ce qui peut rendre particulièrement fragile et « dangereux » la relation adulte‑enfant.

Je m'interrogeais, ce devait être le sens de ma recherche, notamment sur la fragilité du rapport entre désir et possession au regard de ce que André Gide écrit dans Les Nourritures Terrestres : « Car, je te le dis en vérité, Nathanaël, chaque désir m'a plus enrichi que la possession toujours fausse de l'objet même de mon désir. » ... La discussion est ouverte.

 

track